Notes on consciousness. (X) Why I am not a panpsychist - Reading notes on Philip Goff’s “Galileo’s error”.

I recently read Philip Goff’s book, “Galileo’s error”, where he advocates for the panpsychist view that consciousness is a widespread element of reality, so that atoms are very slightly conscious (note that we should talk of panpsychisms as there are certainly variations on this theme). The book is well written and does a good job at explaining the issues with the different brands of materialism and dualism. It also pushed me to refine some concepts and revisit some issues, which is good.

However, I was not convinced by his proposal. To me, it seems that it boils down to another “what else?” argument: materialism is flawed, dualism is false, therefore panpsychism is true. This cannot be a reasonable response to the fallacious “what else?” argument of materialists: if you are not a materialist, then you are a dualist.

The argument in a few words (certainly a bit caricatured) is that consciousness cannot be reduced to the physical properties of matter, and therefore it must be an additional fundamental property of matter, in some way what atoms are “made of”. Then comes the so-called “combination problem”, which is to understand how atoms get together to form a single conscious entity, a problem that Goff admits is unsolved. This is a strikingly reductionist account of consciousness: if we are conscious, it must be because parts of us are conscious.

As mentioned above, there are different panpsychisms. Integrated Information Theory (IIT), for example, considers consciousness as a property of certain kinds of systems, not a property of atoms. What they have in common, however, is that they postulate consciousness beyond life (of course, some materialist accounts also do). Towards the end of the book, Goff speculates on the ethical issues raised by the possibility that plants might be conscious, and so is it ok to have a vegan diet? But on his account, atoms are also conscious so maybe nuclear fission makes atoms suffer? Maybe nuclear fusion feels like love to atoms and the sun is a sort of gigantic hippie paradise? Who knows.

The fundamental problem I see with the argumentation is that “being conscious” is used as a sort of empty placeholder. The theory is meant to explain subjective perspective, but never asks what a subject might be. Free will is presented as one of the difficult things to explain, but the proposal offers no account of agency. And if atoms are conscious, do they have emotions? But what is an emotion? It seems to me that a theory of consciousness should try to address at least some basic aspects of the phenomenon to explain, beyond the mere fact that it exists.

These questions about subjects and agency are addressed in particular in some corners of theoretical biology, which try to develop the concept of a living organism. Typically, theories of life describe a living organism as a set of processes whose operation ensures their own continued existence; some form of organizational closure that resists entropic decay (see e.g. Varela & Maturana; Kauffman; Rosen; more recently Moreno, Mossio, Montevil, to name a few). The concept of organism is what allows developing derived concepts such as agency, autonomy, but also some aspects of perception and emotion (namely the valence of emotion).

Goff proposes that free will is not action free from determinism, but action that has reasons. But reasons imply goals, and goals imply autonomous agents, concepts that panpsychism, whether Goff’s or IIT’s version, offers no account of. No amount of integrated information (“Phi”) provides any goal to the system, and so this theoretical construct cannot account for either free will or emotion.

I will now discuss a few more specific points made in the book.

 

The hard problem is harder than you might think

Everything starts with the “hard problem” of consciousness, a problem that has been discussed by many thinkers, the most well-known arguments being probably those of Chalmers and Nagel. Basically, the problem is that experience is not something that can be derived deductively from the properties of matter. There is no logical reasoning that would start with a mechanistic description of a material system, and that would end up with “therefore, this system feels pain”. Of course, there could be a “therefore” that means: whenever a material system has some property P, it feels pain, but this would be an empirical relation (e.g. the “neural correlates of consciousness”), not a logical relation. Basically, you cannot deduce pain from Newton laws.

In the book, the author takes it as a flaw of reductive materialism, the idea that consciousness is a state of matter. It certainly is a flaw of materialism, but it is much worse than that.

In his famous paper (What is it like to be a bat?), Nagel hits the more general problem: experience is something that you live, not something that you describe. Of course, you could try to describe an experience, but understanding the words is not the same thing as having the experience. Philosophers like to speak of the redness of red, but I find this a rather poor choice. Everyone (with some exceptions) has the feeling of red whenever something with the right spectral properties is presented, so it is easy to conflate objective properties of objects with subjective experience.

But consider taste, for example. Taste is interesting because not everyone has the same tastes, meaning that people can have different experiences for the same stuff, and taste can change over time. There is no need to try to imagine the ultrasonic world of bats. Consider for example coriander. Many people hate coriander, and this has been linked to some genetic variant in olfactory receptor genes. Now try to describe the taste of coriander to someone who does not like it. I personally would have no idea where to start; someone might find words to describe it, but we can be sure that the person would be essentially clueless about how it might taste. One might say that the taste of coriander is the taste caused by the activation of the corresponding olfactory receptor; one might describe the odorant molecules, and so on: none of that conveys the taste. There is just no alternative to actually experiencing an experience.

So the problem is much deeper than a flaw of materialism: the problem is that experience is not something that can be explained, whatever the number of words, it is something that is lived. Postulating the existence of an extra non-physical law, which says for example that the universe is made of consciousness, or that certain systems are conscious, will not solve this problem. We might want to postulate the existence of coriander taste as an extra law of nature, it would still not explain what it feels like to taste coriander. Thus, if panpsychism pretends to explain the quality of experience, then it commits the exact same error as reductive materialism. This should make us highly skeptical of claims such as “the quality of experience is specified by the informational relationships [the complex] generates” (Balduzzi & Tononi, 2009) - all the more that it reduces experience to its epistemic value while neglecting the hedonic value (see below).

Of course, this does not mean that nothing interesting can be said about experience, including its relation with matter. But panpsychism is not at all necessary for that. For example, sensorimotor theories of perception have something to say about the structure of experience, for example about the spatialization of pain (see my short series on that). Thus, panpsychism does not solve the hard problem. It does not dissolve it either: the problem still exists even if you consider that materialism is flawed, because it is not an issue with materialist explanations but with explanations in general.

Before I move on to the next topic, I would like to point out that there are certain ways to communicate experiences, but those are not descriptive. More accurately, there are ways to induce experiences in people. These are art, poetry, or guided meditation. A musical experience is not the end point of a logical reasoning. Guided meditation practices, or poetry, use words to put you into certain states of mind, but the words are only there to guide you (“imagine you are a mountain”), they do not constitute the experience.

 

The case against dualism

In his book, Goff also rejects dualism, but I found the argument rather peculiar. He claims that the main objection against dualism is empirical: we understand a lot about how the brain works, so surely we would have noticed if there were an intervention by some kind of mental entity - some scientific law would be broken, basically. This is a peculiar argument because virtually all scientific findings in neuroscience are of a statistical nature, so there is no way we would notice an intervention rather than categorize it as a random event. Our understanding of the brain is not that extensive.

But we can take the argument as a thought experiment. Suppose we have perfect understanding of the physical working of the brain, so we could for example predict the evolution of brain states from the current state. We could know before the subject herself what she is going to talk about, or the voluntary movements she is going to make. In other words, we would know perfectly how the “philosophical zombie” works. This knowledge is precisely the premises of the hard problem: we have a perfect mechanistic understanding of physiology and behavior, but none of this understanding implies that the person is conscious, or explains the taste of coriander.

If it is the case that we can have this kind of understanding (even as a theoretical possibility), then indeed dualism is false, at least the kind of dualism that supposedly explains free will and agency (as Penfield or Eccles thought).

But it also implies that there cannot be any empirical support for any panpsychist theory, since all the empirical data are already supposedly accounted for by a physicalist account. Therefore, I find it odd that Goff supports the empirical argument against dualism and at the same time claims that there is empirical support for IIT. By his own argument, that cannot be the case. If we have a physicalist account of whatever a person might say or do in different circumstances, then this will include any kind of empirical evidence that we might think of. All the empirical evidence would already be accounted for, and therefore could not count as evidence for the panpsychist theory.

To claim otherwise is to believe that consciousness is required to do certain things, such as speaking of what one sees. But this is contradictory with the claim that a physicalist framework can explain behavior but not consciousness. This is to give a causal role to consciousness, above the causal role of physical processes, and that is precisely Goff’s objection against dualism.

 

The epistemic and the hedonic

To end these notes, I would like to come back to the remark I made at the beginning, that a theory of consciousness should try to address at least some basic aspects of the phenomenon to explain, and not just acknowledge that it exists.

Ned Block pointed out that there are two aspects of consciousness that need to be accounted for: access consciousness, i.e. its functional aspects, and phenomenal consciousness or “what it is like”, the latter being notoriously more complicated than the former.

I would like to rephrase it as follows. Experience typically comes in at least two dimensions, an epistemic and a hedonic dimension. For example, consider toothache. That experience is informative: it aches somewhere, and perhaps you notice that it aches when you drink something cold and so on. But pain is not just information: it is also something you would like to get rid of. It has a hedonic value, namely a bad one.

Both IIT and global workspace theory focus on the epistemic aspect, but fail to account for the hedonic aspect (for the epistemic aspect as well, but at least they try). This might come from the failure to include life into the picture. For a living organism, there is some sense in saying that an event or an act is good or bad for the organism, according to whether it helps or threatens the organism’s self-maintenance. In contrast, there is no sense in saying that some event is good or bad for a photodiode. The photodiode has been built by some (other) conscious entity to perform a certain function, and so only that external entity can assess whether some transformation of the system is good or bad, according to whether it continues to perform the ascribed function.

Of course, none of this explains why an organism feels bad, rather than just acts accordingly, but it is certainly an aspect of the phenomenon that things that are bad for the organism also tend to feel bad. Without an organism, some autonomous entity for which “bad” can mean something, it seems difficult to theorize about the hedonic aspect of experience. This makes me skeptical of claims that entities that are not living organisms (atoms, photodiodes and so on) are conscious.

Notes on consciousness. (IX) Why Integrated Information Theory fails

Integrated Information Theory (IIT) is a theory of consciousness that assigns a certain degree of consciousness (called Phi) to any system. Philosophically, it is a kind of property dualism: mental states are not reduced to states of matter, but assigned to arrangements of matter that have certain formal properties.

One of the most criticized aspects of the theory is that it embraces panpsychism: for example, it assigns consciousness to elementary systems such as a photodiode. However, the objection is easy to bypass: a theory does not have to produce intuitive claims. It is certainly not intuitive that the passing of time depends on how fast you move, yet it seems to be true.

But in the case of relativity, the counter-intuitive prediction can be tested empirically (and it has been). In the case of IIT, it cannot: there is no independent way to assess whether a photodiode is conscious. This is the fundamental epistemological issue with trying to explain a subjective phenomenon: there is no other way to directly establish the reality of the phenomenon than to experience it yourself. You will never have first-hand evidence that your stomach is another conscious entity in your body.

However, there are other ways to assess a theory, for example to exhibit incoherencies, contradictions or logical fallacies.

Before I begin, I want to point out that property dualism is much closer to materialism than to religious kinds of dualism. In IIT, mental states are really properties of matter, just not physical properties. This means that mental states depend only on the arrangement of matter: the physical system is not just a host for the mind, as in Cartesian dualism. In Buddhism, the mind can reincarnate in another body, and bring memories with it. This is impossible with property dualism, because mental states are an intrinsic property of the system.

It is precisely this point that is inconsistent with the formulation of IIT. The central concept that I will discuss is information. IIT builds on the classical notion of information as differentiation: if a state can take values A or B, then observing A is informative, because it could have been B. If we assign equal probabilities to the two alternatives, then observing the state brings exactly 1 bit of information. Information is the reduction of uncertainty. This is why a binary photodiode exposed to a visual scene can get no more than 1 bit of information, while you would get much more information from the same scene: it could have been so many different other scenes.

At first sight, this seems like a reasonable characterization of information, so that IIT considers it as a self-evident axiom. However, there is a big problem here, one that will lead to major inconsistencies. State A is informative because it excludes possibility B. But this assumes that the entity that gets informed is aware that B was a possibility. How could that be possible if it has never encountered B before, and has no cognitive resources to imagine that B could exist? The reduction in uncertainty is relative to prior knowledge, but what is the prior knowledge of a photodiode?

The confusion, of course, is that the reduction of uncertainty occurs for the observer who formalized the range of possibilities, but it is ascribed to the system itself. There is some magic operating here, where we ascribe information and uncertainty to a physical system, without ever defining what it means for a physical system to have knowledge.

Let us be more concrete. Suppose the photodiode starts its life covered by a box, but then the experimenter removes the box and puts it back from times to times. In terms of information, the state of the photodiode will hold some information about light, or if it consists of a sensor and a detector, about its previous state. According to IIT, this will make the photodiode minimally conscious (in the last version of IIT, the photodiode must have some recurrent connectivity, e.g. reciprocal connection between a sensor and a detector, but this makes no difference to the present discussion).

But consider the very beginning of the photodiode’s life. It has always been in the dark, never exposed to light. In terms of information, the state is still informative because it excludes the possibility of light, but what does that mean for the photodiode that has never seen the light?

Now consider another photodiode. It is physically exactly the same photodiode, but this time the box permanently covers it. Thus, there is only one possible state for that photodiode. According to IIT, this photodiode is not conscious. Yet, it is physically identical to the photodiode at the beginning of the previous scenario.

Thus, we have exhibited two situations where the same physical system in the exact same state is assigned two different states of consciousness. This contradicts the claim that consciousness is an intrinsic property of the system.

The problem arises from the fact that consciousness is defined not from what happens presently with the system, but from what could happen, and it is very unclear what “could” might mean. “Could” the box collapse and expose the photodiode to light? Would that make the photodiode conscious? From that event? Or from the start of the photodiode’s life? Or from the moment when that event “could” happen? What does it mean exactly that an event that does not happen “could” have happened? (if what?)

Let us now turn to brains. According to Tononi, “IIT predicts that a particular brain area can contribute to experience even if it is inactive, but not if it is inactivated.” Specifically, he contrasts the case of a person seeing a gray picture with the case where a colored picture is presented but color-sensitive neurons are lesioned. In the first case, the person perceives the picture as gray. In the second case, there is no experience of color at all. The difference in experience occurs because in the first case, the color-sensitive neurons could have been in a different state, but not in the second case.

“Could have” is very problematic here, because it does not refer to the present state of the system, but to hypothetical states.

Suppose the color area of the brain is not lesioned but reversibly inactivated by cooling, for a random duration. In this case, the person should be color conscious, because at any time, the neurons could have been in a different state.

An important precision in these thought experiments: the subject does not know what the experimenter is doing. Thus, from the viewpoint of the subject, all that happens is the neurons are inactive, and the cause of this inactivity leaves no trace in the subject. Yet, according to IIT, mental states depend on that cause. If it is a gray picture: color-conscious. Lesioning: color-unconscious. Reversible cooling: conscious. Irreversible cooling with a refrigerating device permanently implanted in the brain: unconscious. The fridge breaks down: conscious. The fridge might break down, but actually doesn’t: conscious from the time of cooling.

In summary, IIT fails to consistently assign consciousness to a system, because the definition is based on hypotheticals, which by definition are not instantiated by the system. Deep down, the troubles arise from the circularity of the definition of information as reduction of uncertainty. Uncertainty refers to a prior state of knowledge, but the notion of knowledge for the subject is never defined. In practice, the knowledge underlying the reduction of uncertainty is the knowledge of the observer who formalizes scenarios and quantifies probabilities of events that the system itself has never lived.

 

This post is an elaboration of the following commentary: Does the present moment depend on the moments not lived?

 

Dynamique et contrôle épidémique : quelques concepts simples

Dans ce texte, j’essaie d’expliquer quelques concepts simples concernant la dynamique et le contrôle d’une épidémie. Je l’écris bien sûr en pensant à l’épidémie de Covid-19, mais la plupart des concepts sont généraux. En préambule, je tiens à préciser que je ne suis ni médecin ni épidémiologiste, donc je ne parlerai pratiquement pas des aspects purement médicaux, ni de subtilités d’épidémiologie, mais simplement de quelques notions générales. Ma spécialité est la modélisation de phénomènes dynamiques en biologie, en l’occurrence en neurosciences. Merci donc aux collègues compétents d’apporter des précisions ou corrections éventuelles, ou des références pertinentes.

Quelques remarques préliminaires sur les statistiques

Avant de commencer les explications, je voudrais tout d’abord inviter le lecteur à la prudence quant à l’interprétation des statistiques, en particulier des statistiques de mortalité. A l’heure où j’écris ces lignes, on estime qu’environ 15% de la population française a été infectée. Autrement dit, l’épidémie est débutante. Les statistiques de mortalité ne sont donc pas un « bilan » de l’épidémie, mais des statistiques sur une épidémie en cours. Comparer avec le bilan d’épidémies passées, ou d’autres causes de mortalité, n’a donc pas beaucoup de sens (éventuellement, on pourrait multiplier par 5 ces statistiques pour avoir un ordre d’idée).

Deuxièmement, la mortalité d’une maladie ne dépend pas que du virus. Elle dépend aussi de la personne malade. Un facteur majeur est l’âge, et il faut donc prendre cela en compte lorsque l’on compare des pays de démographies très différentes. En première approximation, le risque de décès de la Covid-19 augmente avec l’âge de la même manière que le risque de décès hors Covid. On peut voir cela comme le fait que les jeunes sont peu à risque, ou bien que toutes les classes d’âge voient leur risque de décès dans l’année augmenter d’un même facteur. Quoi qu’il en soit, avec ce type de profil de mortalité, l’âge moyen ou médian au décès n’est pas très informatif puisqu’il est le même avec et sans infection.

Troisièmement, la mortalité d’une maladie dépend aussi de la prise en charge. En l’occurrence, la Covid-19 se caractérise par un fort taux d’hospitalisation et de réanimation. La mortalité observée en France jusqu’à présent correspond à celle d’un système de soin qui n’est pas saturé. Naturellement, elle serait bien plus élevée si l’on ne pouvait pas procurer ces soins, c’est-à-dire si l’épidémie n’était pas contrôlée, et la mortalité se déplacerait également vers une population plus jeune.

Enfin, il va de soi que la gravité d’une maladie ne se réduit pas à sa mortalité. Une hospitalisation n’est généralement pas anodine, et les cas moins sévères peuvent avoir des séquelles à long terme.

Le taux de reproduction

Un virus est une entité qui peut se répliquer dans un hôte et se transmettre à d’autres hôtes. Contrairement à une bactérie qui est une cellule, un virus n’est pas à proprement parler un organisme, c’est-à-dire qu’il dépend totalement de l’hôte pour sa survie et sa reproduction. Par conséquent, pour comprendre la dynamique d’une épidémie virale, il faut s’intéresser au nombre d’hôtes infectés et à la transmission entre hôtes.

Un paramètre important est le taux de reproduction (R). C’est le nombre moyen de personnes qu’une personne infectée va contaminer. On voit que l’épidémie se développe si R>1, et s’éteint si R<1. A chaque transmission, le nombre de cas est multiplié par R. Ce taux de reproduction ne dit pas à quelle vitesse l’épidémie se développe, car cela dépend du temps d’incubation et de la période de contagiosité. C’est en fait un paramètre qui est surtout intéressant pour comprendre le contrôle de l’épidémie. Par exemple, si R = 2, alors on peut contrôler l’épidémie en divisant par deux le nombre de ses contacts.

Comme le nombre de cas est multiplié par un certain facteur à chaque épisode de contamination, une épidémie a typiquement une dynamique exponentielle, c’est-à-dire que c’est le nombre de chiffres qui augmente régulièrement. Cela prend autant de temps de passer de 10 à 100 cas que de 100 à 1000 cas, ou de 1000 à 10 000 cas. La dynamique est donc de nature explosive. C’est pourquoi la quantité à suivre avec attention n’est pas tant le nombre de cas que ce taux de reproduction : dès que R>1, le nombre de cas peut rapidement exploser et il faut agir vite.

Naturellement, ce raisonnement suppose que la population n’a pas été déjà infectée. Si une proportion p de la population est immunisée (infectée ou vaccinée), alors chaque personne infectée va contaminer en moyenne un nombre de personnes R x (1-p). L’épidémie va donc s’arrêter quand ce nombre descend en-dessous de 1, c’est-à-dire p > 1- 1/R. Par exemple, avec R = 3, l’épidémie s’arrête quand les 2/3 de population sont immunisés.

Ceci nous dit également l’impact de la vaccination en cours sur le contrôle de l’épidémie. Par exemple, à l’heure où j’écris ces lignes (22 février 2021), environ 2% de la population a été vaccinée (4% a reçu la première dose). Cela contribue donc à diminuer R de 2% (par exemple de 1.1 à 1.08). Il est donc clair que la vaccination n’aura pas d’effet important sur la dynamique globale avant plusieurs mois.

Il est important de comprendre que ce taux de reproduction n’est pas une caractéristique intrinsèque du virus. Il dépend du virus, mais également de l’hôte qui peut être plus ou moins contagieux (on a parlé par exemple des « superspreaders »), d’aspects comportementaux, de mesures de protection (par exemple les masques). Ce taux n’est donc pas forcément homogène dans une population. Par exemple, il est vraisemblable que le R soit supérieur chez les jeunes actifs que chez les personnes âgées.

Peut-on isoler une partie de la population ?

Est-il possible de préserver la population la plus fragile en l’isolant du reste de la population, sans contrôler l’épidémie ? Cette hypothèse a été formulée plusieurs fois, bien que très critiquée dans la littérature scientifique.

On peut comprendre assez facilement que c’est une idée périlleuse. Isoler une partie de la population a un impact quasi nul sur le taux de reproduction R, et donc la dynamique de l’épidémie est inchangée. Il faut bien garder à l’esprit que contrôler une épidémie pour qu’elle s’éteigne suppose simplement de faire en sorte que R<1, de façon à ce que le nombre de cas décroisse exponentiellement. Ainsi pendant le confinement strict de mars 2020, le taux était d’environ R = 0.7. C’est suffisant pour que l’épidémie s’éteigne, mais il n’en reste pas moins qu’une personne infectée continue à contaminer d’autres gens. Par conséquent, à moins de parvenir à isoler ces personnes fragiles beaucoup plus strictement que lors du premier confinement (ce qui semble douteux étant donné qu’il s’agit pour partie de personnes dépendantes), l’épidémie dans cette population va suivre l’épidémie dans la population générale, avec la même dynamique mais dans une version un peu atténuée. Autrement dit, il semble peu plausible que cette stratégie soit efficace.

Les variants

Un virus peut muter, c’est-à-dire que lorsqu’il se réplique dans un hôte, des erreurs sont introduites de sorte que les propriétés du virus changent. Cela peut avoir un impact sur les symptômes, ou sur la contagiosité. Naturellement, plus il y a d’hôtes infectés, plus il y a de variants, c’est donc un phénomène qui survient dans des épidémies non contrôlées.

Supposons que R = 2 et qu’un variant ait un taux R = 4. Alors à chaque transmission, le nombre de cas du variant relatif au virus original est multiplié par 2. Au bout de 10 transmissions, le variant représente 99.9% des cas. Ceci reste vrai si des mesures restrictives réduisent la transmission (par exemple R=2/3 et R=4/3). Après ces 10 transmissions, le R global est celui du variant. Par conséquent, c’est le nombre de cas et le R du variant plus contagieux qui déterminent le nombre de cas et la dynamique à moyen terme (c’est-à-dire quelques semaines). Le nombre de cas du virus original et même le nombre de cas globaux sont essentiellement insignifiants.

Cela signifie que l’on peut être dans une dynamique explosive alors même que le nombre de cas diminue. Pour savoir si l’épidémie est sous contrôle, il faut regarder le R du variant le plus contagieux. A l’heure où j’écris, on est précisément dans la situation où le virus original est encore dominant avec R<1 et les variants ont un R>1, ce qui signifie que malgré une diminution globale des cas, on est dans une dynamique explosive qui sera apparente dans le nombre global de cas lorsque les variants seront dominants.

Le contrôle épidémique

Contrôler l’épidémie signifie faire en sorte que R<1. Dans cette situation, le nombre de cas diminue exponentiellement et s’approche de 0. Il ne s’agit pas nécessairement de supprimer toute transmission mais de faire en sorte par une combinaison de mesures que R soit plus petit que 1. Ainsi, passer de R = 1.1 à 0.9 suffit pour passer d’une épidémie explosive à une extinction de l’épidémie.

Naturellement, la mesure la plus sûre pour éteindre l’épidémie est d’empêcher toute relation sociale (le « confinement »). Mais il existe potentiellement de nombreuses autres mesures, et idéalement il s’agit de combiner plusieurs mesures à la fois efficaces et peu contraignantes, le confinement pouvant être utilisé en dernier recours lorsque ces mesures ont échoué. La difficulté est que l’impact d’une mesure n’est pas précisément connu pour un virus nouveau.

Ces connaissances sont cependant loin d’être négligeables après un an d’épidémie de Covid-19. On sait par exemple que le port du masque est très efficace (on s’en doutait déjà, étant donné que c’est une infection respiratoire). On sait que le virus se propage par projection de gouttelettes et par aérosols. On sait également que les écoles et les lieux de restauration collective sont des lieux importants de contamination. Cette observation peut conduire à fermer ces lieux, mais on pourrait alternativement les sécuriser par l’installation de ventilation et de filtres (investissement qui pourrait d’ailleurs être synergique avec un plan de rénovation énergétique).

Il y a deux grands types de mesures. Il y a des mesures globales qui s’appliquent aux personnes saines comme aux porteurs du virus, comme le port du masque, la fermeture de certains lieux, la mise en place du télétravail. Le coût de ces mesures (au sens large, c’est-à-dire le coût économique et les contraintes) est fixe. Il y a des mesures spécifiques, c’est-à-dire qui sont déclenchées lorsqu’il y a un cas, comme le traçage, la fermeture d’une école, le confinement local. Ces mesures spécifiques ont un coût proportionnel au nombre de cas. Le coût global est donc une combinaison d’un coût fixe et d’un coût proportionnel au nombre de cas. Par conséquent, il est toujours plus coûteux de maîtriser une épidémie lorsque le nombre de cas est plus grand (choix qui semble pourtant avoir été fait en France après le deuxième confinement).

Le « plateau »

Une remarque importante : les mesures ont un impact sur la progression de l’épidémie (R) et non directement sur le nombre de cas. Cela signifie que si l’on sait maintenir un nombre de cas haut (R=1), alors on sait tout aussi bien (avec les mêmes mesures), maintenir un nombre de cas bas. Avec un petit effort supplémentaire (R=0.9), on peut supprimer l’épidémie.

Avoir comme objectif la saturation hospitalière n’a donc pas particulièrement d’intérêt, et est même un choix plus coûteux que la suppression. Il existe une justification à cet objectif, la stratégie consistant à « aplatir la courbe », qui a été suggérée au début de l’épidémie. Il s’agit de maximiser le nombre de personnes infectées de façon à immuniser rapidement toute la population. Maintenant qu’il existe un vaccin, cette stratégie n’a plus beaucoup de sens. Même sans vaccin, infecter toute la population sans saturer les services hospitaliers prendrait plusieurs années, sans parler naturellement de la mortalité.

La suppression de l’épidémie

Comme remarqué précédemment, il est plus facile de maîtriser une épidémie faible que forte, et donc une stratégie de contrôle doit viser non un nombre de cas « acceptables », mais un taux de reproduction R<1. Dans cette situation, le nombre de cas décroît exponentiellement. Lorsque le nombre de cas est très bas, il faut prendre en compte les cas importés. C’est-à-dire que sur une période de contamination, le nombre de cas va passer non plus de n à R x n mais de n à R x n + I, où I est le nombre de cas importés. Le nombre de cas va donc se stabiliser à I/(1-R) (par exemple, 3 fois le nombre de cas importés si R = 2/3). Si l’on veut diminuer encore le nombre de cas, il devient alors important d’empêcher l’importation de nouveaux cas (tests, quarantaine, etc).

Lorsque le nombre de cas est très bas, il devient faisable d’appliquer des mesures spécifiques très poussées, c’est-à-dire pour chaque cas. Par exemple, pour chaque cas, on isole la personne, et l’on teste et on isole toutes les personnes susceptibles d’être également porteuses. Non seulement on identifie les personnes potentiellement contaminées par la personne positive, mais on recherche également la source de la contamination. En effet, si l’épidémie est portée par des événements de supercontamination (« clusters »), alors il devient plus efficace de remonter à la source de la contamination puis de suivre les cas contacts.

A faible circulation, comme on dispose de ces moyens supplémentaires pour diminuer la transmission, il devient possible de lever certains moyens non spécifiques (par exemple le confinement général ou autres restrictions sociales, les fermetures d’établissements et même le port du masque). Pour que les moyens spécifiques aient un impact important, un point clé est que la majorité des cas puissent être détectés. Cela suppose des tests systématiques massifs, par exemple en utilisant des tests salivaires, des drive-in, des tests groupés, des contrôles de température. Cela suppose que les personnes positives ne soient pas découragées de se tester et s’isoler (en particulier, en maintenant les revenus). Cela suppose également un isolement systématique en attente de résultat pour les cas suspectés. Autrement dit, pour avoir une chance de fonctionner, cette stratégie doit être appliquée de manière la plus systématique possible. L’appliquer sur 10% des cas n’a pratiquement aucun intérêt. C’est pourquoi elle n’a de sens que lorsque la circulation du virus est faible.

Il est important d’observer que dans cette stratégie, l’essentiel du coût et des contraintes est porté par le dispositif de test, puisque le traçage et l’isolement ne se produisent que lorsqu’un cas est détecté, ce qui idéalement arrive très rarement. Si elle demande une certaine logistique, c’est en revanche une stratégie économique et peu contraignante pour la population.

Quand agir ?

J’ai expliqué que maintenir un niveau élevé de cas est plus coûteux et plus contraignant que maintenir un niveau faible de cas. Maintenir un niveau très faible de cas est encore moins coûteux et contraignant, bien que cela demande plus d’organisation.

Bien entendu, pour passer d’un plateau haut à un plateau bas, il faut que l’épidémie décroisse, et donc transitoirement appliquer des mesures importantes. Si l’épidémie n’est pas contrôlée – et je rappelle que cela est le cas dès lors qu’un variant est en croissance (R>1) même si le nombre global de cas décroît – ces mesures vont devoir être appliquées à un moment donné. Quand faut-il les appliquer ? Est-il plus avantageux d’attendre le plus possible avant de le faire ?

Ce n’est clairement jamais le cas, car plus on attend, plus le nombre de cas augmente et donc plus les mesures restrictives devront être appliquées longtemps avant d’atteindre l’objectif de circulation faible, où des mesures plus fines (traçage) pourront prendre le relais. Cela peut sembler contre-intuitif si le nombre de cas est en décroissance mais c’est pourtant bien le cas, parce que le nombre de cas à moyen terme ne dépend que du nombre de cas du variant le plus contagieux, et non du nombre de cas global. Donc, si le variant le plus contagieux est en expansion, attendre ne fait qu’allonger la durée des mesures restrictives.

De combien ? Supposons que le nombre de cas du virus (le variant le plus contagieux) double chaque semaine, et que les mesures restrictives divisent le nombre de cas par 2 en une semaine. Alors attendre une semaine avant de les appliquer allongent ces mesures d’une semaine (j’insiste : allongent, et non simplement décalent). Dans l’hypothèse (plus réaliste) où les mesures sont un peu moins efficaces, chaque semaine d’attente augmente la durée des mesures d’un peu plus d’une semaine.

Il est donc toujours préférable d’agir dès que R>1, de façon à agir le moins longtemps possible, et non pas d’attendre que le nombre de cas augmente considérablement. La seule justification possible à l’attente pourrait être une vaccination massive qui laisserait espérer une décroissance de l’épidémie par l’immunisation, ce qui n’est manifestement pas le cas dans l’immédiat.

 

Quelques liens pertinents:

Book review: Systematicity: the nature of science, by Paul Hoyningen-Huene

What is science? It is somewhat frustrating for a scientist to not be able to answer this question precisely. Yet it is a very important question, in particular in the public debate. For example, how are we to convince people to listen to science if we cannot explain what is special about science? What makes science better than the opinion of any given person or institution?

Naturally, this has been a central question in philosophy of science. For a while, it was thought that science is characterized by a particular method, a set of rules that one can follow to produce new truths about the world. This is impossible, because for any finite set of observations, there is an infinite number of general propositions that agree with those observations. Then came Karl Popper: he proposed that a scientific proposition is a proposition that can in principle be falsified, that is, such that there exists a statement that would logically contradict it (whether it is actually true or not). For example, “all penguins are black” can be contradicted by the statement “this is a blue penguin”. Popper’s motivation was to distinguish between science and pseudo-science or religious discourse. For example, it is not possible to contradict the existence of God because any fact can be interpreted as what God wants.

Although still very popular today, in particular among biologists, falsifiability has been heavily criticized. There are several fatal shortcomings in this idea. A simple one is that it tends to classify pseudo-sciences as sciences, for a simple reason: they can be falsified because they actually have been falsified. So the criterion is not sufficient. Other arguments show that it is not necessary (or meaningful) either.

Other analyses have shown that methods used by scientists are rather flexible both historically and, more importantly, across disciplines. Physicists do not use double-blind tests with control groups. Paleontologists do not produce empirical knowledge by experimentation. So if there is a scientific method, then which one is it? It is not that there is no scientific method. Rather, scientific methods are objects of scientific activity (things that scientists develop, use and discuss) rather than definitions of it.

Paul Hoyningen-Huene proposes a new theory of the nature of science, called systematicity theory, which brings some interesting ideas to this question. It is published in a recent book, and formerly in a short article. First, the original angle is that instead of comparing science with pseudo-science, he compares science with everyday knowledge. With this perspective, it becomes clear that there is something special about not just natural sciences, but essentially all academic fields including human sciences. History, for example, is distinctly more scientific than anecdotes that you could tell at dinner.

The main thesis is that what characterizes science is that is more systematic than non-science (on a similar subject). This idea of systematicity is developed in several dimensions. It must be noted that his goal is descriptive, nor normative.

For example, scientific descriptions tend to be systematic, e.g. with taxonomy, axiomatization, periodization (for history). Take the recent discovery of actin rings in the axon of neurons thanks to super-resolution microscopy. This is purely descriptive. Is it not science because it is not a test of a theory, maybe on the epistemic level of a news article? No, it is clearly science: it is part of an effort to systematically describe what a cell is made of. Writing the state of the art in a thesis, for example, is an exercise to systematically cover everything relevant about a particular subject, and it is an important skill that a scientist must acquire. Not crediting and referencing a relevant study is considered a professional error.

A particularly important dimension of systematicity is the defense of knowledge claims, that is, the way scientific claims are backed up. In mathematics, for example, there is the formal proof, a systematic way of demonstrating the validity of a claim. In other sciences, one may try to systematically consider and rule out alternative interpretations. All sciences develop field-specific methods to avoid errors. It is not that there is a method that is guaranteed to produce truths. Rather, there is an effort in each discipline to systematically develop ways of tracking errors. This includes social practices, such as peer review. In peer review, the author must systematically address all contradictions raised by a reviewer.

The book addresses many other aspects. It is not a particularly entertaining book, in fact I suspect that the author has made a particular effort to be systematic in his treatment of the subject. But the thesis is interesting because it covers many distinctive aspects of science that are usually not reported when discussing the nature of science. It also gives a more satisfying account of how science differs from pseudo-science. Pseudo-science is typically selective rather than systematic: claims are supported by a careful selection of evidence; objections are dismissed rather than systematically rebutted.

Although the thesis is not meant to be normative, I think it provides an interesting perspective on several aspects of modern science that are currently discussed, and which are also relevant to the politics of science. I will briefly discuss two.

One is the spread of scientific story-telling. In so-called “high-profile” journals, in particular in biology, there is considerable pressure to present a “good story”, something that is coherent, appealing, entertaining. And as publishing in those journals basically determines whether you can remain a working scientist, this is considerable pressure on all scientists. A scientist must also be a good communicator, story-telling advocates say. Obviously, it is better to have a well-written paper than a poorly written paper. Yes, but everything else being equal. Here unfortunately making a good story means selecting and ordering results so as to construct a coherent narrative, while dismissing every observation, remark, or previous study, which weakens or confuses the narrative. This clearly goes against systematicity. What then distinguishes such scientific “stories” from pseudo-scientific claims misleadingly backed up by carefully selected facts? It seems clear that systematically acknowledging all facts and interpretations that are not in line with the thesis of the authors, or simply that require specific explanations, is critically important in a scientific study. Yes, it might make the paper less entertaining and exciting. But that should not be the primary goal: the primary goal a scientific paper is a systematic report on a study. Developing scientific writing skills does not necessarily mean making up stories.

Another and related aspect is the idea, in particular in the research funding system, that good science must be disruptive, paradigm-shifting - only innovative ideas must be funded. Yes, because it is better to do ground-breaking science than ground-scratching science. This is the key principle of the ERC, for example. But again, this is not what science is about. This might be what product development is about (not even sure about that). But science is about systematically consolidating, expanding and connecting existing pieces of knowledge. Occasionally extraordinary discoveries are made, or new fields emerge. But that is nowhere near the core of science, which relies on systematic, rigorous examination. Without this, what we are left with is a bunch of TED talks - entertaining, occasionally informing, but you cannot learn to build rockets by watching TED talks.

I do not think that systematicity theory exhausts the question, however. What seems missing, in particular, is that science is about telling truths about the world. Science is a systematic activity, but not any activity: it is an activity whose goal is to document truths about the world. This means that being a scientist is not just following some practices, but also making an ethical commitment: a commitment to an ideal of truth. This is in my view a critical point when discussing the politics of science - how science should be organized, evaluated, communicated.

While it certainly does not exhaust the subject, what is satisfying about Hoyningen-Huene’s book is that, while it is lucid enough to acknowledge that there is no universal scientific method, it still convincingly argues that there is something special about science, something that may be worthwhile.

Academic precarity and the single PI lab model

Brilliant young scientists are struggling to obtain a stable faculty position, all over the world. It seems that “publish or perish” was actually quite hopeful. Now clearly, at least in biology, it is more like “publish in Science, Nature or Cell every other year or perish”. Only a small proportion of PhD holders manage to obtain a stable academic position, and only at an advanced age after multiple postdocs. Of course, this competition for publishing in certain venues also has a great impact on science; encouraging dishonesty and discouraging both long-term creative work and solid incremental science. Everyone complains about the situation.

What should we do about it? What I hear most frequently is that governments should increase the budget and create more faculty positions. That is certainly necessary but I think it is a reductionist view that largely misses the point. Of course, at the time when you start hiring more faculty, the proportion of young scientists who get a faculty position increases. However, if each of them then opens their lab and hire dozens of postdocs, then this proportion quickly reverts to what it was before.

What is at stakes is the general organization of research, in particular the “X lab” model (e.g. the Brette lab), with one group leader (the “PI”) surrounded by a number of graduate students and postdocs (I will discuss only the research staff here), with a complete turnover every few years. It seems that in many countries, to get a faculty position means to start their “own” lab. This is not the case yet in France, but this lab model is spreading very, very fast. With the new law on research currently in discussion (“discussion” might not be the appropriate word, though), it is planned that about 25% of all new recruitments will follow this model (a tenure-track system).

The math is easy. In a stable world, each faculty member will train on average one student to become a faculty member. For example, if a typical lab consists of 1 PI with 3 graduate students, rotating every 4 years, then over 40 years the PI will have trained 30 students, one of which would become a PI. The “success rate” would therefore be 1/30. Even with just one student at any given time, the chance for a student to end up getting a faculty position is 1/10.

Of course, one does not necessarily pursue a PhD with the goal of obtaining a faculty position. It is completely respectable to do a PhD then go to the industry. In many countries, holding a PhD is an asset. It is generally not the case in France, though. One may also want to do a PhD not for career, but because it is interesting in itself. This seems perfectly valid. Note that in that case, implementing a subtask of the PI’s project and doing all the tedious bench work might not be ideal. In any case, it must be emphasized that in this lab model, training students for research is only a marginal aim of a PhD.

How about postdocs? A postdoc is not a diploma. It typically doesn’t improve employability much. Of course, it could be done just for its own interest. But the experience I hear is mostly that of a highly stressful situation, because many if not most postdocs are hoping to secure a stable faculty position. Let us do the math again, with a simplified example. Suppose each lab has just 1 postdoc, rotating every 4 years. Compared to the above situation, it means that 1 out of 3 graduate students go on to do a postdoc. Then each of these postdocs has a 10% chance of getting a faculty position.

Let us have a look at funding questions now. What seems very appreciated is that when you start a lab, you get a “start-up package”. There is a blog post on Naturejobs entitled “The faculty series: Top 10 tips on negotiating start-up packages” that describes it. We can read for example: “There’s no point having equipment if you don’t have any hands to use it. One of the largest costs you can expect to come out of your start-up fund are the salaries of PhD students and postdocs. They’re the most crucial components of the lab for almost all researchers.”. It is very nice to provide the PI with these “components of the lab”, but as argued above, a direct consequence is to organize academic precarity on a massive scale. This remains true even if the entire budget of the State is allocated to research.

The same goes for the rest of the funding system. Project-based funding is conceived so that you hire people to implement your project, which you supervise. Part of these people are students and postdocs. For example, an ERC Starting Grant is 1.5 million euros for 5 years, or 300 k€ per year. In France, a PhD student costs about 30 k€ / year and a postdoc about the double. Of course, to that must be added the indirect costs (25%) and the grant also covers equipment and your own salary. But this is generally sufficient to hire a few students and postdocs, especially as in many countries graduate students are funded by other sources. Then the budget goes up to 2 million € for the consolidator grant and 2.5 million € for the advanced grant. The ERC has become a sort of model for good funding schemes in Europe, because it is so generous. But is it? Certainly it is for the PI who receives the grant, but a world where this mode of funding is generalized is a world where research is done by a vanishingly small proportion of permanent researchers. It is a world that is extremely cruel to young scientists, and with a very worrying demographic structure, most of the work being done by an army of young people with high turnover. You might increase the ERC budget several fold because it is such a great scheme, it will not improve this situation, at all.

Ending academic precarity is a noble cause, but one has to realize that it is inconsistent with the one PI - one lab model, as well as with project-based funding. I want to add a couple of remarks. Precarity is obviously bad for the people who experience it, but it is also bad more generally for the academic system. The excessive competition it generates encourages bad practices, and discourages long-term creative work and solid incremental science. We must also look beyond research per se. The role of academia in society is not just to produce new science. It is also to teach and to provide public expertise. We need to have some people with a deep understanding of epidemiology that we can turn to for advice when necessary. You would not just hire a bunch of graduate students after a competitive call for projects to do this advising job when a new virus emerges. But with a pyramidal organization, a comparatively low proportion of the budget is spent on sustaining the most experienced persons, so for the same budget, you would have much lower expertise than in an organization with more normal demographics. This is incredibly wasteful.

What is the alternative? Well, first of all, research has not always been organized in this way, with one PI surrounded by an army of students and postdocs. The landmark series of 4 papers by Hodgkin and Huxley in 1952 on the ionic basis of neural excitability did not come out of the "Hodgkin lab"; they came out from “the Physiological Laboratory, University of Cambridge”. The Hubel and Wiesel papers on the visual cortex were not done by graduate student Hubel under the supervision of professor Wiesel. Two scientists of the same generation decided to collaborate together, and as far as I know none of their landmark papers from the 1960s involved any student or postdoc. What strikes me is that these two experienced scientists apparently had the time to do the experiments themselves (all the experiments), well after they got a stable faculty position (in 1959). How many PIs can actually do that today, instead of supervising, hiring, writing grants and filling reports? It is quite revealing to read again the recent blog post cited above: “There’s no point having equipment if you don’t have any hands to use it.” - as if using it yourself was not even conceivable.

In France, the 1 PI - 1 lab kind of organization has been taking on gradually over the last 20 years, with a decisive step presumably coming this year with the introduction of a large proportion of tenure tracks with “start-up packages”. This move has been accompanied by a progressive shift from base funding to project-based funding, and a steady increase in the age of faculty recruitment. This is not to say that the situation was great 20 years ago, but it is clearly worsening.

A sustainable, non-pyramidal model is one in which a researcher would typically train no more than a few students over her entire career. It means that research work is done by collaboration between peers, rather than by hiring (and training) less experienced people to do the work. It means that research is not generically funded on projects led by a single individual acting as a manager. In fact, a model where most of the working force is already employed should have much less use of “projects”. A few people can just decide to join forces and work together, just as Hubel and Wiesel did. Of course, some research ideas might need expenses beyond the usual (e.g. equipment), and so there is a case for project-based funding schemes to cover for these expenses. But it is not the generic case.

One of the fantasies of competitive project-based funding is that it would supposedly increase research quality by selecting the best projects. But how does it work? Basically, peers read the project and decide whether they think it is good. Free association is exactly that, except the peers in question 1) are real experts, 2) commit to actually do some work on the project and possibly to bring some of their own resources. Without the bureaucracy. Peer reviewing of projects is an unnecessary and poor substitute for what goes on in free collaboration - do I think this idea is exciting enough to devote some of my own time (and possibly budget) on it?

In conclusion, the problem of academic precarity, of the unhealthy pressure put on postdocs in modern academia, is not primarily a budget problem. At least it is not just that. It is a direct consequence of an insane organization of research, based on general managerial principles that are totally orthogonal to what research is about (and beyond: teaching, public expertise). This is what needs to be challenged.

Update:

Une analyse globale de la nouvelle politique de recherche (III) - Faut-il évaluer la recherche ?

Dans les billets précédents (1 et 2), j’ai exposé le contexte idéologique des réformes structurelles de la recherche qui sont en cours. J’ai tenté de montrer qu’il s’agit de théories bureaucratiques dont l’argumentation est essentiellement obscurantiste, c’est-à-dire que non seulement une série de poncifs (il vaut mieux financer les excellents que les mauvais) et d’analogies douteuses (les vertus supposées du « darwinisme ») tiennent lieu d’argumentation, mais en outre les éléments empiriques contradictoires sont tout simplement ignorés.

Face à ce type de critique, une réaction courante est : mais alors, vous refusez d’être évalués ? On convoque alors l’image du savant dans sa tour d’ivoire, ou pire, celle du fonctionnaire fainéant. En effet, un point central des réformes managériales en cours est la notion d’évaluation : il faudrait développer une « culture de l’évaluation », avec des « indicateurs de performance ». Faut-il évaluer la recherche ? Pour répondre à cette question, encore faut-il préciser ce que l’on entend par « évaluer » et quels sont précisément les sujets et objets de ce verbe (qui évalue, et qu’est-ce qui est évalué).

Pour cela, il me semble utile de faire une petite digression philosophique pour comprendre la nature de l’activité scientifique qu’il s’agit d’évaluer.

 

Digression philosophique

Qu’est-ce que la science ? Vaste question philosophique qui a été abordée par de nombreux angles et que je me propose de résumer en quelques paragraphes. Je me contenterai pour le sujet de ce billet d’une description assez grossière : la science, en tant qu’activité sociale, est la poursuite de la vérité. Description néanmoins un peu plus subtile qu’elle en a l’air : il s’agit bien de tendre vers un idéal de vérité sur le monde, mais c’est un idéal, c’est-à-dire quelque chose que l’on poursuit sans jamais vraiment atteindre.

Comment la science est-elle produite ? Une position philosophique historiquement importante, qui date du 19e siècle et début du 20e, est le positivisme : la science consiste à observer des faits élémentaires, puis à en déduire logiquement des lois de la nature. Il y a donc une méthode que l’on peut suivre pour produire des vérités scientifiques avec certitude. C’est en quelque sorte un modèle industriel de la science, et ce n’est sans doute pas un hasard si cette position est apparue au 19e siècle. De ce point de vue découle la conception naïve de la revue par les pairs comme certification des connaissances produites ou des méthodes employées. Point crucial, selon ce modèle de la science, il est trivial de distinguer la bonne science de la mauvaise science : la bonne science est tout simplement celle qui suit correctement la méthode scientifique (d’où le rôle présumé des journaux comme « gate-keepers » ; voir mon texte sur ce sujet). Dans ce modèle, on peut donc appliquer des méthodes industrielles de gestion, de « management » dirait-on aujourd’hui, parce qu’il existe des mesures objectives (externes) de qualité. Là est la justification de l’usage de la bibliométrie comme outil d’évaluation.

Or, si cette position reste populaire, en particulier chez les non chercheurs (mais pas seulement), elle a été essentiellement démolie par les travaux en philosophie et histoire des sciences au cours du siècle dernier. Le plus connu est sans doute Karl Popper, qui sous un angle logique a établi que l’on ne peut pas établir en science des vérités mais uniquement des faussetés - simplement parce qu’une proposition s’applique à une infinité de cas que l’on ne peut tous vérifier. Il s’agit alors de tester des théories, et non de déduire des vérités scientifiques. D’autres travaux, moins connus des scientifiques mais néanmoins très importants, ont montré que la difficulté est plus profonde que cela. Quine a montré que la notion même de fait élémentaire est une erreur conceptuelle. C’est une forme de réductionnisme de la connaissance (je reformule), l’idée que la connaissance est un ensemble de faits et lois indépendants les uns des autres. Or c’est impossible, car pour énoncer un fait il faut utiliser des concepts, c’est-à-dire des théories. Par conséquent, il n’y a pas de fait élémentaire mais plutôt un système (plus ou moins) cohérent de connaissances. Kuhn a montré historiquement que co-existent généralement des théories scientifiques contradictoires portant sur les mêmes observations, ou encore que différentes théories (ou écoles de pensée) considèrent comme pertinents des corpus d’observations différents. Lakatos (élève de Popper) a montré qu’une théorie scientifique est non seulement une théorie qui en principe doit être falsifiable, mais également qui en pratique est falsifiée, et que cette caractéristique n’est pas forcément dysfonctionnelle. C’est-à-dire qu’il arrive couramment que des observations inattendues semblent contredire la théorie dominante, mais pour autant la théorie n’est pas forcément remise en cause. A la place, l’observation est interprétée en postulant une hypothèse auxiliaire. C’est le cas presque systématiquement aujourd’hui dans de nombreuses branches de la physique parce que l’on considère les théories physiques bien établies. Par exemple : la trajectoire de telle planète dévie des prédictions des lois de Newton (ou Einstein), conclusion : il doit y avoir un satellite autour de cette planète (et non : les lois de Newton sont fausses).

Je pourrais citer de nombreuses autres contributions importantes. Pour le sujet qui nous occupe, le point important est qu’il n’existe pas de méthode scientifique que l’on pourrait appliquer pour produire des vérités scientifiques. Cela ne veut pas dire que la science est arbitraire, au contraire. Cela veut dire que la réflexion sur la méthodologie et plus globalement l’épistémologie font elles-mêmes partie intégrale de l’activité scientifique : il n’y a pas de norme objective externe à la communauté scientifique. Cela signifie que la science progresse non par la production et la certification des savoirs, mais par le débat scientifique. Ce point est crucial, car il fonde la justification fondamentale de la nécessaire autonomie scientifique. Il ne peut y avoir d’évaluation de la production scientifique selon des normes externes (notamment bibliométriques), tout simplement parce que ces normes n’existent pas.

 

Evaluer la recherche

Revenons donc à notre question : faut-il évaluer la recherche ?

Premièrement, commençons par la motivation de cette question. La motivation, c’est que l’argent public doit être bien utilisé, c’est-à-dire dans l’intérêt de la société. Cela implique sans doute que les politiques publiques doivent être évaluées, c’est-à-dire que lorsque l’on modifie la structure du système de recherche par des réformes, l’impact global de ces réformes devrait être analysé. Or c’est précisément le type d’évaluation utile qui n’est pas effectué, ou qui est ignoré. Les réformes engagées depuis 15 ans, introduisant des nouveaux modes d’organisation (financement par projets par exemple) n’ont manifestement pas donné les résultats escomptés. Il serait donc logique de revenir sur ces réformes et de les modifier. Or ce n’est pas le cas : au contraire, il s’agirait d’amplifier ces réformes.

Ce qui doit être évalué donc, c’est l’efficacité globale du système de recherche, en relation avec son organisation. Si le système global doit être évalué, est-ce qu’il en découle que les agents individuels de ce système doivent être évalués ? Il y a ici un glissement qui est tout à fait fallacieux. Bien sûr, si l’on veut connaître, disons, la production scientifique totale du pays, on va additionner la production scientifique de chacun des chercheurs. Du point de vue individuel, cette « évaluation » est donc faite dans un but de mesure uniquement ; c’est seulement au niveau du système global que cette mesure sert à influencer l’action publique. Mais quand on dit qu’il faut évaluer les chercheurs, ce dont on parle c’est une évaluation qui a une conséquence individuelle et qui est donc utilisée comme outil de gestion. Par exemple, on donne une prime aux chercheurs qui publient plus, de façon à les inciter à augmenter leur productivité. Il ne s’agit donc ici pas simplement d’évaluer les politiques publiques, ce qui semble assez consensuel, mais d’instaurer un mode de gestion bien particulier, à savoir une gestion bureaucratique managériale, reposant sur des indicateurs individuels objectifs.

Or comme je l’ai expliqué plus haut, il n’existe pas d’indicateurs objectifs de la qualité scientifique à un niveau individuel. On peut dire d’un pays qu’il produit plus ou moins d’articles scientifiques, ou mesurer différents indicateurs macroscopiques. Mais aucune bureaucratie ne peut dire ce qui est « vrai » ou « important » en termes de vérité scientifique, puisque c’est justement là le cœur de l’activité des chercheurs. Une conséquence immédiate de cet état de fait est qu’instaurer une gestion par objectifs est nécessairement contre-productif, puisque les agents vont alors être incités à optimiser des choses qui ne sont pas alignées avec la qualité scientifique, chose non mesurable. C’est d’ailleurs un phénomène tellement bien connu qu’il a un nom, la loi de Goodhart. Par exemple, demander aux chercheurs de produire davantage d’articles a pour résultat que les chercheurs produisent davantage d’articles. Par exemple en saucissonnant les articles, en faisant des articles bâclés, etc. Cela fonctionne pour toute métrique qu’un bureaucrate pourra inventer.

Mais alors, il ne faut pas évaluer ? Premièrement, l’évaluation, comme je l’ai expliqué, est un aspect central et quotidien de l’activité du chercheur, si l’on entend cela comme la discussion critique des productions scientifiques. C’est le métier du chercheur que d’évaluer ses pairs - le mot « évaluer » est sans doute mauvais, du fait qu’il ne s’agit bien sûr pas de mettre cinq étoiles à la loi de la relativité. Simplement, cette évaluation n’est pas un mode de gestion, mais de débat, et ce débat ne peut se faire qu’entre pairs, pas avec une bureaucratie.

Deuxièmement, l’évaluation des personnes (et non plus des énoncés scientifiques) est naturellement inévitable à au moins un moment de la carrière : le recrutement (et, sans doute, la promotion). Mais encore une fois, cette évaluation ne peut être faite de manière bureaucratique selon des métriques objectives pour les raisons déjà énoncées. Elle ne peut se faire que par des pairs, de manière subjective donc. De quel genre d’évaluation parle-t-on ici ? Le discours managérial parle de « culture du résultat » : il s’agirait d’évaluer la production des individus ; à charge des individus que faire en sorte que cette production soit bonne – d’où une forme de « sélection darwinienne ». D’où un certain nombre d’indicateurs (nombre de publications, prestige des journaux dans lesquels elles apparaissent, etc). Mais d’une part on retombe encore une fois dans l’erreur positiviste (il n’y a pas, surtout sur des résultats récents, de mesure consensuelle de l’« importance » de résultats scientifiques) et d’autre part on commet ce qu’on appelle en psychologie un biais de substitution, c’est-à-dire que le facteur que l’on cherche à évaluer est complexe et par conséquent on en utilise un autre plus simple (voir une série de textes que j’ai écrits il y a quelques années sur les biais cognitifs dans les recrutements académiques). Que cherche-t-on à évaluer lors d’un recrutement de chercheur permanent ? Il s’agit d’estimer si, au cours de sa carrière future, le chercheur produira des connaissances nouvelles et intéressantes. Bien sûr on ne connait pas sa carrière future, on doit donc la deviner. Et qu’est-ce qui détermine la qualité de la production scientifique d’un individu ? Un certain nombre de facteurs, dont certains sont propres à la personne, comme ses compétences et ses qualités (rigueur intellectuelle et intégrité par exemple), et d’autres sont contextuels (collaborateurs, conditions de travail, et bien sûr hasard puisqu’on parle de recherche, donc de choses non connues à l’avance). Ce que l’on doit donc déterminer, dans le contexte d’un recrutement, ce sont les facteurs propres, c’est-à-dire les compétences et qualités scientifiques de l’individu. La production passée est bien sûr corrélée à ces facteurs, mais ce n’est pas ce que l’on cherche à déterminer. Enfin il y a un risque bien connu à substituer un facteur indirect au facteur causal que l’on cherche à évaluer. En plus de l’erreur dans la sélection elle-même, cette substitution induit des changements de comportement des individus visant à optimiser ce facteur non causal, ce qui finit par rendre la sélection arbitraire (loi de Goodhart). Par exemple, un étudiant ira dans un laboratoire connu non parce qu’il pense y apprendre quelque chose, mais parce qu’il a plus de chances d’être co-auteur d’un article dans un journal prestigieux.

L’évaluation, donc, doit être une évaluation des compétences et non des résultats. Naturellement, les compétences ne peuvent être correctement évaluées que par des gens eux-mêmes compétents, et non par une bureaucratie.

Faut-il évaluer la recherche ? D’abord, il faut principalement évaluer les politiques publiques de recherche. Celles qui sont instituées depuis 15 ans sont manifestement mauvaises et il faut donc les repenser et non les amplifier. Voilà l’évidence. Ensuite, oui bien sûr, il est nécessaire d’évaluer les chercheurs, au moment du recrutement ou de la promotion, et non comme mode de gestion quotidien. Et ce sont les compétences qui doivent être évaluées et non les « résultats ». Ces compétences, enfin, ne peuvent être évaluées que par des gens eux-mêmes compétents et non par des bureaucrates. Voilà en quel sens on peut dire qu’il faut « évaluer la recherche ».

Une analyse globale de la nouvelle politique de recherche - (II) Préjugés psychologiques de l’idéologie managériale

J’ai souligné dans la première partie que l’idéologie managériale qui sous-tend les réformes actuelles de la recherche et de l’enseignement supérieur, et plus globalement la théorie du nouveau management public, est un obscurantisme. D’un point de vue scientifique, ce qui est frappant dans l’idéologie managériale, c’est la grossièreté des présupposés sur la psychologie humaine. Il ne s’agit que de carotte et de bâton : primes d’un côté, précarisation de l’autre. « Manager », c’est donc concevoir une structure d’incitations appropriées (« incentive structure »). La seule façon de faire travailler quelqu’un est de l’inciter financièrement à le faire, et de le sanctionner lorsqu’il ne le fait pas bien. En résumé, c’est de la psychologie béhavioriste dans sa version la plus grossière.

Il n’est apparemment pas venu à l’idée de ces gens qu’on puisse faire un travail parce qu’on l’aime, sans qu’il y ait pour autant une récompense extrinsèque, ou la menace d’une sanction. Ou qu’on puisse soigner correctement un patient, ou éviter de trafiquer ses données scientifiques, pour des raisons avant tout morales - comme le respect de son prochain et l’éthique intellectuelle. Ce n’est peut-être pas un hasard si ces idées sont théorisées principalement par des économistes, dont un certain nombre (heureusement, pas tous) semblent croire à la fable ridicule de l’« homo economicus ».

Or il se trouve (quelle surprise) que l’avidité et la peur ne sont pas les seules passions humaines. Il y a une littérature considérable en psychologie, par exemple, sur la motivation intrinsèque, comme la curiosité. Voir par exemple la théorie du flow de Mihály Csíkszentmihályi - mais pourquoi donc des gens font-ils du surf sans être payés ?! Et oui, les comportements moraux et altruistes existent, chez l’humain comme chez bien d’autres espèces (voir par exemple le travail de l’éthologue Frans de Waal). Il y a également une dimension morale dans une grande partie des activités sociales, et de manière évidente dans les métiers scientifiques et de santé : il s’agit de rechercher la vérité, ou de soigner des personnes (il ne peut pas y avoir de débat scientifique sans un minimum de confiance attribuée à ses acteurs). Ce que résume l’expression « conscience professionnelle ».

La motivation humaine est complexe, et si elle ne se réduit pas à l’altruisme, elle ne se réduit pas non plus à l’avidité et la peur. On se demande bien d’ailleurs quel degré d’inculture il faut avoir en face de nous pour que ce rappel soit nécessaire, tant une bonne partie de la littérature tourne autour de ce fait.

Le rôle des structures, par conséquent, est de permettre à certains aspects de la motivation humaine de s’exprimer, plutôt que d’autres. Ceci est très bien illustré par le discours poignant d’une diabétologue dans le contexte des politiques managériales de l’hôpital. Elle y explique l’effet d’une gestion bureaucratique fondée exclusivement sur la carotte et le bâton : « je devenais une espèce de robot », « je ne suis plus éthique ». Cette nouvelle organisation fondée exclusivement sur la récompense et la sanction (extrinsèques) la conduit à ne plus exercer correctement son métier. Or, le point crucial à relever, c’est qu’auparavant, les médecins n’avaient absolument pas besoin de cela pour soigner les patients. Ils soignaient parce que c’était leur métier. Pas parce que ça rapporte à l’hôpital et que du coup ils auront peut-être une prime. Il existe (existait) des structures sociales pour encourager cette attitude vertueuse. Par exemple la formation (comme l’internat) dans des structures où cette attitude est socialement valorisée. Peut-être aussi la sélection : pour être médecin hospitalier, il faut avoir fait ses preuves dans un service hospitalier, et donc être choisi par d’autres médecins hospitaliers selon des critères propres à l’éthique du métier, et non selon le taux de remplissage des lits.

Quelle drôle d’idée, lorsque l’on a un système qui fonctionne en permettant aux motivations humaines les plus vertueuses de s’exprimer, de le changer pour un système manifestement dysfonctionnel, précisément parce qu’il est organisé pour encourager le pire de l’humain - l’avidité et la peur. Cette drôle d’idée, on ne peut l’avoir que si l’on possède une vision caricaturale de la psychologie humaine. Une vision sectaire et, puisqu’en l’occurrence il s’agit de choses très documentées scientifiquement, une vision obscurantiste. Dans ce contexte, l’insistance des partisans du nouveau management public à instaurer une révolution culturelle (la fameuse « culture du résultat ») est particulièrement inquiétante. Il s’agit ni plus ni moins que d’expurger pratiquement tout ce qu’il y a d’humain en chacun de nous, et de nous transformer, en effet, en « une espèce de robot ».

Troisième partie: Faut-il évaluer la recherche?

Une analyse globale de la nouvelle politique de recherche (I) - le contexte idéologique

La communauté scientifique est en effervescence à l’approche de la mise en place de la « loi de programmation pluriannuelle de la recherche » (LPPR). Au programme, entre autres : un renforcement de la mise en compétition des structures et des personnes par l’intermédiaire d’appels à projets, un renforcement de la précarisation (déjà très importante) par l’implémentation de la « tenure track », c’est-à-dire CDD de 5-7 ans pouvant (ou pas) mener à une titularisation, un accroissement de l’évaluation bureaucratique (c’est-à-dire par des objectifs chiffrés) des institutions et des personnes, une différenciation des rémunérations et des conditions de travail notamment par une politique de primes généralisée, un temps d’enseignement des enseignants-chercheurs non plus statutaire (192h équivalent-TD) mais « négocié » avec la direction, un renforcement de la recherche « partenariale » (c’est-à-dire au profit d’une entreprise) au détriment de la recherche fondamentale, et, globalement, un affaiblissement considérable de l’autonomie scientifique et universitaire.

Naturellement, ce projet suscite une inquiétude considérable dans la communauté académique, et de nombreuses critiques ont déjà été formulées, par le biais des institutions (qui ignorent ces critiques) mais également dans la presse. En passant : je parlerai par la suite de projet, de politique ou d’idéologie plutôt que de loi, car il est vraisemblable que l’essentiel du projet se passe du débat parlementaire. Les « tenure-tracks » par exemple, qui signent la mort annoncée des statuts de chargé de recherche et maître de conférences, ont déjà été mis en place cette année avant même la discussion de la loi, grâce à une disposition législative elle-même non discutée au Parlement, le CDI de projet (passée par ordonnances en 2017).

Beaucoup de choses ont été dites et écrites, mais les discussions tournent généralement autour de points spécifiques, sur chacune des mesures prises individuellement, et donc de manière réductionniste. Par exemple, concernant l’ANR qui finance désormais les projets de recherche, une partie de la communauté se focalise sur le faible taux de succès (10-15% selon les années), source en effet d’un énorme gâchis. Des voix s’élèvent donc pour augmenter le budget de l’ANR de façon à augmenter ce taux de succès. Or l’ANR finance en grande partie des postdocs, et augmenter son budget va donc mécaniquement entraîner une précarisation, précarisation qui suscite pourtant l’inquiétude de cette même communauté. Concernant la tenure track, si la communauté y est généralement opposée, certains y voient une évolution potentiellement positive « si c’est bien fait », en permettant par exemple des rémunérations plus attractives, comme le pouvoir l’annonce. C’est oublier que ce qui permet une augmentation des rémunérations, c’est soit une augmentation du budget (qui pourrait se faire sans précarisation) soit une diminution du nombre de recrutements. D’autres se disent que la tenure track (CDD puis titularisation conditionnelle) est un progrès par rapport au postdoc (CDD puis concours). C’est négliger deux choses : d’une, que la tenure track n’exclut pas le postdoc, qui reste la norme dans tous les pays qui implémentent la tenure track ; d’autre part, que les chances de titularisation dépendent non des mots employés par les autorités pour faire la publicité de la réforme (« engagement moral »), mais du budget rapporté au nombre de candidats. Etant donné que le concours CNRS, pour prendre un exemple, a un taux de succès de 4%, de deux choses l’une : soit la tenure track va avoir un taux de sélection comparable, auquel cas la différence principale avec le système actuel sera la précarité du contrat ; soit le taux de titularisation sera comparable, auquel cas l’effet principal sera de reculer de 5-7 ans l’âge de la sélection pour un poste stable ; ou bien sûr, le plus probable, un intermédiaire : taux de sélection de 8%, taux de titularisation de 50%.

Enfin concernant les « CDIs de projet », c’est-à-dire une mesure essentiellement technique permettant de mettre en place des CDDs plus longs que ceux autorisés par la loi, nombreux sont ceux, en particulier en biologie, qui voient cette mesure d’un bon œil. La raison est la loi Sauvadet censée résorber la précarité, qui impose à l’employeur de titulariser les personnels en CDD depuis plusieurs années. Mais comme l’Etat ne veut pas titulariser, cela signifie que les institutions refusent de prolonger les CDDs au-delà d’une certaine limite. Cela est perçu à juste titre comme un gâchis par de nombreux chercheurs, car il se produit souvent une situation dans laquelle un laboratoire dispose des fonds pour prolonger le contrat d’un postdoc expérimenté, mais est contrainte administrativement de recruter à la place un postdoc inexpérimenté. Cependant, de manière plus globale, l’effet de la mise en place de CDIs de projet est mécaniquement un allongement de la durée des postdocs, donc une titularisation (ou non) plus tardive, assortie éventuellement d’une diminution du nombre de postdocs - à moins que le taux de succès de l’ANR augmente par une augmentation de budget.

En résumé, une analyse réductionniste ne permet pas de former une critique cohérente. Elle tend à naturaliser le fonctionnement des institutions, c’est-à-dire à considérer par exemple que le financement par projet de la recherche est une sorte de loi de la nature plutôt qu’une construction sociale (d’où la référence constante aux « standards internationaux »). Or il s’agit bien entendu de politiques choisies, et dans le cas de la France assez récemment. C’est pourquoi il me semble important de prendre un peu de recul pour analyser cette nouvelle politique de manière globale, y compris dans le contexte plus large des politiques publiques.

 

  1. L’idéologie générale : le nouveau management public

Antoine Petit, PDG du CNRS, a brillamment résumé l’inspiration idéologique de la LPPR: il s’agira d’une loi « darwinienne ». Cette terminologie n’a pas manqué de susciter de vives critiques de la part de la communauté scientifique (ici et ). Il s’agit de mettre en compétition des institutions et des personnes sur la base d’objectifs décidés par l’Etat, et « que le meilleur gagne ». Cette référence n’est absolument pas anecdotique, contrairement à ce que Mme Vidal et M. Petit ont essayé d’expliquer de manière peu convaincante par la suite. Il s’agit d’une forme de gestion publique qui n’est ni improvisée ni spécifique à la recherche, et qui a été théorisée sous le nom de nouveau management public. Il s’agit non plus d’organiser les services publics par la mise en place raisonnée d’infrastructures publiques, de manière spécifique à chaque mission (une approche perçue comme « soviétique » et donc inefficace), mais en mettant en compétition diverses institutions, qui sont « libres » de mettre en place les moyens qu’ils jugent nécessaires pour accomplir des objectifs chiffrés fixés par l’Etat. Ces objectifs peuvent être par exemple la position dans un classement international des universités, ou la durée moyenne de séjour dans les hôpitaux. C’est le sens du mot « autonomie » dans l’« autonomie des universités » instaurée par Nicolas Sarkozy en 2007. Naturellement, il ne s’agit pas d’autonomie scientifique, puisque celle-ci suppose précisément un financement inconditionnel (c’est-à-dire emploi garanti et budget récurrent), ni d’autonomie financière puisque les financements restent versés par l’Etat, sous condition d’objectifs fixés par l’Etat. Il s’agit d’une autonomie de méthode, pour accomplir des objectifs fixés préalablement par l’Etat.

Naturellement, cette mise en compétition au niveau des structures (e.g. universités) se décline de manière hiérarchique jusqu’à l’échelle individuelle, puisque pour survivre, la structure doit faire en sorte que les employés contribuent à la réalisation des objectifs. C’est pourquoi il est en permanence question d’instaurer une « culture du résultat » ou de l’évaluation. Cet appel à la révolution culturelle qui évoque le maoïsme est d’ailleurs tout à fait significatif, j’y reviendrai.

Cette idéologie n’est ni spécifique à la recherche, ni naturellement à la France. Son instigatrice la plus connue est Mme Thatcher, qui l’a mise en place au Royaume-Uni dans les années 80. Elle a également été mise en place par le régime nazi dans les années 1930, comme l’a montré l’historien Johann Chapoutot - j’y reviendrai. Son bilan, pour dire un euphémisme, n’est pas fameux (voir par exemple un compte rendu très récent dans Nature d’une étude dans le monde académique). Pour ce qui est de la santé, par exemple, sa mise en place en France par le biais de la tarification à l’activité (T2A) a conduit aujourd’hui à une situation dramatique - j’y reviendrai également.

 

  1. Une politique libérale ?

Il est important de bien situer cette idéologie sur l’échiquier politique. En effet, elle est souvent perçue (et présentée) comme une idéologie d’inspiration libérale. Il est d’ailleurs tout à fait plausible que ses défenseurs la pensent ainsi de manière sincère - bien sûr dans les démocraties libérales modernes, et peut-être pas au sein du IIIe Reich qui l’implémentait également. C’est un malentendu qui est source d’une grande confusion, et qui explique son soutien électoral de la part de citoyens de sensibilité centriste - que sont une bonne partie des chercheurs.

La filiation avec la pensée libérale se fait, on l’a compris, par l’idée de l’efficience du marché. Le marché serait un outil productif efficace en cela qu’il permettrait, par la libre opération des producteurs et la sélection par les consommateurs, de faire émerger les solutions les plus efficaces. D’où l’essence « darwinienne » de ces idées (dans le sens bien sûr des croyances populaires, et non du Darwinisme en biologie qui n’est absolument pas individualiste). Cette efficience émergerait naturellement de la libre opération des marchés dans un contexte marchand (j’invite néanmoins le lecteur à lire ce que pensent les anthropologues du présupposé naturaliste des économistes sur la monnaie et l’échange marchand). Le libéralisme économique, par conséquent, préconise de réduire l’intervention de l’Etat au strict nécessaire, et peut être associé (ou pas) au libéralisme politique, en particulier la protection des libertés individuelles. Le marché est vu comme un moyen optimal de distribuer l’information dans une économie - bien sûr, aucun économiste sérieux ne considère plus aujourd’hui que les marchés réels se comportent ou puissent se comporter comme les « marchés parfaits » de l’économie néoclassique (voir par exemple le travail de J. Stiglitz). Dans un contexte de guerre froide, ce type d’organisation économique se pense en opposition avec la planification soviétique, qui serait bureaucratique, « sclérosante ».

On touche ici à un problème épistémologique essentiel, sur lequel je reviendrai plus tard, qui constitue l’erreur intellectuelle fondamentale du nouveau management public. En effet, si l’on conçoit qu’un marché puisse exister naturellement dans le cadre d’échanges commerciaux où il existe une métrique objective, l’argent, ce n’est a priori pas le cas de la santé, la science, la justice ou la police. Il faut donc créer ces métriques, par exemple : la durée de séjour, le nombre de publications, le nombre de jugements, le nombre d’amendes. Ces métriques et les objectifs qui y sont associés n’existant pas de manière naturelle (peut-on quantifier la vérité, ou la justice ?), ils doivent être créés par l’Etat. Cela suppose donc la création d’une bureaucratie d’Etat.

On arrive donc à un étonnant paradoxe : alors que le libéralisme est un courant de pensée fondamentalement anti-bureaucratique, on est ici en présence d’une doctrine qui préconise la mise en place d’une bureaucratie d’Etat. C’est en effet une constatation et une plainte récurrentes de tous les chercheurs et universitaires français depuis la mise en place, ces quinze dernières années, de politiques de ce type : alors même qu’il s’agissait officiellement de « moderniser » un appareil d’enseignement et de recherche jugé bureaucratique, « sclérosé », voire proto-soviétique (en particulier dans le cas du CNRS), de l’avis de tous la bureaucratie a au contraire considérablement envahi la vie quotidienne de ces professions, par le biais des multiples appels d’offres et procédures d’évaluation, mais également des nouvelles structures administratives qui ont été créées pour organiser le marché de l’excellence scientifique (HCERES, pôles d’excellence, fusion d’universités, IDEX/LABEX/EQUIPEX/IHU, etc). Ceci se manifeste également dans l’emploi public, puisqu’alors même que le recrutement de chercheurs, d’enseignants-chercheurs et de techniciens est en forte baisse, l’emploi administratif et donc le coût de gestion ont littéralement explosé au sein de l’ANR, agence chargée d’organiser l’évaluation des appels d’offre en recherche. De même, dans l’hôpital public, une plainte récurrente des médecins concerne le temps considérable qu’ils doivent désormais passer au « codage », c’est-à-dire à assigner à chaque patient et chaque acte des codes issus d’une nomenclature bureaucratique. Cette bureaucratisation n’est pas un accident, comme je l’indiquais précédemment. Elle a été par ailleurs décrite dans le contexte plus large du néolibéralisme par les sciences sociales (voir par exemple le travail de D. Graeber et de B. Hibou).

Manifestement, cette idéologie prétendument libérale est une idéologie bureaucratique, ce qui n’est déjà pas rien. Deuxièmement, le rôle de l’Etat n’est plus du tout d’assurer les libertés individuelles. En effet, dans un marché classique, d’échange marchand, ce qui est produit est décidé de manière autonome (en théorie du moins) par les acteurs de ce marché, c’est-à-dire en dernière analyse (en théorie encore) par les consommateurs. Il faut donc assurer la liberté individuelle de ces acteurs. Or dans le nouveau management public, ce qui est produit est décidé par l’Etat, spécifiquement par la bureaucratie mise en place par l’Etat pour fixer les objectifs, qui utilise la mise en compétition uniquement comme outil de gestion. Il ne s’agit donc absolument plus d’assurer la liberté individuelle des acteurs, qui doivent fournir ce qui leur est demandé par la bureaucratie. Ceux qui ne le font pas doivent quitter le système (exemple du tenure track). C’est ainsi qu’un des points majeurs de ces réformes, en particulier dans la recherche, est de revenir sur le statut de fonctionnaire, qui assure l’autonomie scientifique et universitaire, de façon à pouvoir soumettre les employés à la bureaucratie locale (direction d’université) ou nationale (ministère). Paradoxalement, c’est au nom du libéralisme que l’on attaque les libertés académiques.

On est donc en présence d’une idéologie qui est fondamentalement bureaucratique, et qui n’entend pas garantir les libertés individuelles. Pour ce qui est du libéralisme politique, on ne peut que constater également qu’il n’y a pas grand-chose de libéral dans la pratique actuelle des institutions politiques (avec par exemple le recours généralisé aux ordonnances pour passer des réformes majeures), dans la répression violente des opposants politiques, dans l’intimidation des journalistes, dans la volonté de censurer les réseaux sociaux, dans la restriction de la liberté d’expression des étudiants et universitaires, ou encore dans le déploiement de la reconnaissance faciale automatique par l’Etat.

Que reste-t-il donc du libéralisme dans cette idéologie ? Peu de choses en effet. C’est la raison pour laquelle les historiens, sociologues et philosophes parlent de néolibéralisme (à ne pas confondre avec l’ultralibéralisme), et c’est également la raison pour laquelle ses partisans refusent typiquement cette étiquette de manière véhémente, quand bien même il s’agit d’une dénomination savante, parce qu’elle indique que l’on a affaire à tout à fait autre chose que du libéralisme. Ce malentendu sur la nature prétendument libérale (au sens classique) de cette idéologie est source de grande confusion. Il explique peut-être l’opposition quasi-systématique d’une grande partie de la population à des réformes pourtant portées par des gouvernements centristes élus, y compris élus par des membres du monde académique qui se considèrent de centre gauche.

 

  1. L’obscurantisme managérial

Il existe pour les universitaires et chercheurs une raison spécifique de s’opposer à cette idéologie, en lien avec l’éthique intellectuelle qu’ils entendent défendre par leur métier. Il s’agit en effet d’une idéologie qui repose sur une argumentation d’un niveau intellectuel affligeant (suite de poncifs et de préjugés non étayés), des analogies douteuses (le marché, voire le darwinisme), et un refus de toute évaluation empirique (depuis son application, l’hôpital public est en crise grave et la recherche française tombe dans les classements mis en avant par les autorités elles-mêmes). Autrement dit, une idéologie obscurantiste tendant vers le sectaire. Les discours portant cette idéologie font rire toute la communauté académique tellement ils sont caricaturaux de novlangue : tout doit être « excellent », il faut faire « sauter des verrous », favoriser « l’innovation disruptive ». Il faut consulter l’hilarant site de l’Agence Nationale de l’Excellence Scientifique, parodiant l’Agence Nationale de la Recherche.

Il vaut mieux en rire, sans doute, mais ces discours n’en sont pas moins affligeants. L’argumentation que l’on retrouve dans les rapports officiels et les contrats d’objectifs des différentes institutions ne sont malheureusement pas d’un niveau intellectuel plus élevé. Il s’agirait par exemple de s’aligner sur les « standards internationaux » - un mimétisme censé favoriser l’innovation, ce qui est assez croustillant. On ne s’est visiblement pas posé la question de dresser un bilan de ces politiques menées à l’étranger ou en France, qui n’est pourtant pas brillant. Quelle est donc la justification en ce qui concerne l’enseignement supérieur et la recherche ? On peut la paraphraser ainsi : puisque ces politiques ont été implémentées dans les pays anglo-saxons, en particulier les Etats-Unis, et que les Etats-Unis sont leaders dans tous les classements, c’est donc que ces politiques sont efficaces : il faut donc s’empresser de copier ce modèle.

N’importe quel scientifique devrait bondir face à une telle argumentation qui mélange corrélation et causation de la manière la plus grossière qui soit. On aurait pu se dire : tiens, les Etats-Unis étant politiquement hégémoniques, toute la science se fait dans leur langue maternelle, dans des revues toutes anglo-saxonnes, et qui plus est avec des moyens sans commune mesure avec les budgets français. Peut-être que ces facteurs ont une petite influence ? On aurait pu se dire : tiens, peut-être que les grandes universités américaines sont mondialement connues au-delà du monde académique, alors que l’Ecole Polytechnique pas tellement, parce que les Etats-Unis sont culturellement hégémoniques, de sorte que Legally Blonde a été tourné à Harvard et pas à Assas ? Auquel cas il ne serait peut-être pas si pertinent de faire tellement d’efforts à renommer toutes les universités parisiennes en déclinant la marque Sorbonne ? On aurait pu se dire encore : tiens, peut-être que les Etats-Unis ont un excellent vivier scientifique précisément parce que des pays comme la France imposent à tous leurs meilleurs docteurs de passer plusieurs années aux Etats-Unis pour se former parmi les meilleurs, se « faire un réseau », apprendre l’anglais, comme condition pour une éventuelle titularisation dans leur pays d’origine ? Mais, on ne s’est rien dit de tout ça. Ce qui marche, c’est le « marché » et la compétition généralisée. Point.

Sur certains points, il existe des études scientifiques qui vont au-delà des sophismes managériaux. Par exemple, est-il plus efficace de concentrer les ressources sur les « meilleurs » ? Même si l’on adopte les critères bureaucratiques promus par l’idéologie managériale (nombre de publications, etc), la réponse est, selon plusieurs études sur des données différentes : non. Il est plus efficace de diversifier les financements que de les concentrer en créant de grosses structures (Fortin & Curie, 2013 ; Cook et al., 2015 ; Mongeon et al., 2016 ; Wahls, 2018). D’autres études montrent que la sélection sur projet n’est que faiblement prédictive de l’impact scientifique, tel que mesuré par ces mêmes politiques (Fang et al., 2016 ; Scheiner & Bouchie, 2013). Manifestement, les décideurs politiques de l’enseignement supérieur et de la recherche ne sont pas intéressés par l’évaluation empirique de leurs théories. Il est donc approprié de qualifier cette attitude d’obscurantiste. Et on ne peut pas, on ne doit pas, en tant que scientifiques (au sens large), respecter l’obscurantisme, c’est-à-dire le mépris de l’éthique intellectuelle qui fait l’essence de notre métier.

Il est important de noter que ces politiques se présentent volontiers comme « rationnelles » - il ne s’agirait finalement que de dérouler des arguments peut-être déplaisants mais « logiques ». Ce mot, « rationnel », devrait être un signal d’alarme pour tous les intellectuels. Car un intellectuel doit savoir que la logique, la raison, se déploient nécessairement au sein d’un certain modèle du monde. Par conséquent, la vérité d’un raisonnement est conditionnée à la pertinence empirique et théorique de ce modèle. C’est pourquoi l’essence de la science (au sens large) est le débat argumenté, documenté et honnête, c’est-à-dire explicitant les hypothèses, épaulé par les institutions sociales adéquates (comme la revue par les pairs). Passer sous silence cet aspect, et prétendre qu’il existerait une Vérité objective, c’est faire preuve de sectarisme, et en effet d’obscurantisme puisque cela suppose d’ignorer délibérément toute production savante contraire à la doxa.

L’enjeu pour la communauté académique, donc, n’est pas simplement d’aménager à la marge des réformes prétendument démocratiques (augmenter le taux de succès de l’ANR) ou de les « négocier » (on accepte la précarisation en échange de primes), mais de s’opposer à l’obscurantisme qui fonde ces projets, et éventuellement de penser autre chose à la place.

 

  1. Pensée bureaucratique et idéologies sectaires

Il faut rappeler ici qu’avant la guerre froide, la bureaucratie a volontiers été présentée sur un mode laudatif. Le sociologue Max Weber, par exemple, considérait en se référant à la bureaucratie industrielle qu’il s’agissait là d’un mode particulièrement efficace de production, rationnel. De même la planification soviétique était pensée comme une approche scientifique, rationnelle, de la production (algorithmique, pourrait-on peut-être dire en langage moderne). La bureaucratie instituée par le nouveau management public n’échappe pas à ce type de discours. Je reviendrai plus tard sur les raisons fondamentales pour laquelle l’approche bureaucratique ne peut pas fonctionner pour des activités telles que la science (ou la santé). Un point intéressant relevé par l’historien Johann Chapoutot est que les politiques similaires au nouveau management public menées par le IIIe Reich étaient, contrairement à l’image d’efficacité que l’on en a à cause de la propagande nazie, en réalité tout à fait inefficaces, chaotiques.

J’ai mentionné rapidement les similarités idéologiques, naturellement sur certains aspects uniquement, avec la politique nazie et avec la bureaucratie soviétique. J’ai également mentionné en passant l’inquiétante insistance des dirigeants politiques à instaurer une « culture du résultat », c’est-à-dire qu’il s’agit non seulement d’instaurer de nouvelles structures étatiques, mais également de transformer les individus pour qu’ils embrassent la nouvelle orientation politique. Ce n’est pas sans rappeler la « révolution culturelle » maoïste, visant à éradiquer les valeurs culturelles traditionnelles (naturellement, avec des moyens violents que je ne prétends pas comparer à l’action publique actuelle).

Pour qu’il n’y ait pas de malentendu, il ne s’agit pas de dire que la théorie du nouveau management public est une idéologie nazie, ou stalinienne, ou maoïste (celles-ci étant de toutes façons incompatibles). D’ailleurs, il semble plausible que M. Petit, lorsqu’il considère maladroitement que la loi doit être inégalitaire et « darwinienne », ignore qu’il formule là la doctrine du darwinisme social, un fondement essentiel du néolibéralisme comme l’a montré la philosophe Barbara Stiegler, mais également un des fondements idéologiques du nazisme. Il n’est pas question ici de mettre sur le même plan les horreurs commises au nom de ces courants de pensée avec la destruction des constructions sociales commises au nom du nouveau management public. Néanmoins, sur un plan intellectuel, les points communs avec ces idéologies sectaires doivent nous interroger. Il existe bien un recouvrement idéologique partiel dont on peut tout à fait comprendre les aspects problématiques. Par exemple, la promotion de la compétition généralisée des individus dans un but supérieur, les individus eux-mêmes n’ayant de valeur que dans la mesure où ils contribuent à la puissance de la Nation (ainsi la référence constante à la compétition internationale, aux classements internationaux, aux « stars » qu’il faudrait attirer) ; position qui rend inopérant tout argument de type social (par exemple la précarisation extrême du métier de chercheur), mais aussi scientifique (c’est-à-dire que le but premier de la science est la recherche de la vérité et non la production). Il ne s’agit donc pas de nazisme, de maoïsme ou stalinisme, mais il reviendra néanmoins aux défenseurs de ce projet politique d’argumenter que « tout n’est pas à jeter » dans ces grandes idéologies sectaires. Que toute activité sociale doit contribuer exclusivement à la production de la Nation. Que les opinions et attitudes des gens doivent être transformées pour le bien de la Nation. Que la bureaucratie, c’est efficace et rationnel.

En résumé, il ne faut pas passer à côté des enjeux de la transformation en cours de l’enseignement supérieur et de la recherche. Il ne s’agit pas de discuter du taux optimal de succès à l’ANR mais de contester la pertinence du projet comme mode essentiel d’organisation de la recherche. Il ne s’agit pas de discuter des métriques les plus pertinentes pour évaluer les personnes, mais de contester l’organisation profondément bureaucratique que cette « culture de l’évaluation » suppose, et de réaffirmer l’autonomie académique nécessaire à l’exercice de la recherche. Il ne s’agit pas de savoir comment au mieux renforcer l’« attractivité internationale » du métier, mais de contester l’idée d’un progrès scientifique fondé essentiellement sur la compétition et la sélection - plutôt que, par exemple, sur la coopération, l’éducation et le partage. Il ne s’agit pas, enfin, de se demander comment favoriser au mieux l’« innovation de rupture », mais de contester l’idée selon laquelle l’activité scientifique doit être subordonnée à la production marchande.

Il s’agit donc en premier lieu de dénoncer l’obscurantisme et le sectarisme qui fondent ces réformes, et non de les négocier en acceptant leurs présupposés. En second lieu, il s’agira de penser les questions centrales de science et d’université dans un cadre intellectuel libéré du sectarisme managérial.

Toutes ces remarques sont finalement assez peu spécifiques de l’enseignement supérieur et de la recherche. Par la suite, je tenterai de rentrer dans une discussion plus spécifique, en particulier sur la nécessaire autonomie de la science, à mettre en regard avec la culture du projet.

Deuxième partie: Préjugés psychologiques de l’idéologie managériale

A propos de la tribune NoFakeScience

Récemment, une tribune a été publiée par le collectif NoFakeScience visant à alerter les médias sur leur traitement de l’information scientifique, en particulier de présenter les consensus scientifiques en tant que tels et non comme de simples opinions parmi d’autres. Intention louable, et sujet en effet très important. Pourtant, cette tribune a été vertement critiquée à la fois par des scientifiques et des journalistes scientifiques. Pourquoi ?

Certains ont cru y voir la main de lobbys industriels, tant le choix des « consensus scientifiques » est (en majeure partie) aligné avec les intérêts de ces groupes. Je ne connais pas personnellement les signataires, mais au vu de la liste il me semble plausible que les signataires soient sincères. Les journalistes flairent souvent le conflit d’intérêt, déformation professionnelle peut-être. Mais l’intérêt personnel n’est pas la seule (ni même la principale) motivation humaine, ni la seule source de biais cognitif. Il est à mon sens plus pertinent en l’occurrence d’y voir des biais philosophiques (j’y reviendrai). Quoi qu’il en soit, je veux ici commenter le texte lui-même en essayant d’éviter le procès d’intention.

Le choix des « consensus »

L’intention affichée, malgré quelques naïvetés philosophiques sur la « méthode scientifique », est louable et résumée dans cette phrase : « l’état de nos connaissances ne saurait être un supermarché dans lequel on pourrait ne choisir que ce qui nous convient et laisser en rayon ce qui contredit nos opinions. ». Malheureusement, c’est précisément ce que l’on peut reprocher à la liste qui suit de 6 « consensus scientifiques », que je reproduis ici verbatim :

  1. La balance bénéfice/risque des principaux vaccins est sans appel en faveur de la vaccination.
  2. Il n’existe aucune preuve de l’efficacité propre des produits homéopathiques.
  3. Aux expositions professionnelles et alimentaires courantes, les différentes instances chargées d’évaluer le risque lié à l’usage de glyphosate considèrent comme improbable qu’il présente un risque cancérigène pour l’homme.
  4. Le fait qu’un organisme soit génétiquement modifié (OGM) ne présente pas en soi de risque pour la santé.
  5. Le changement climatique est réel et d’origine principalement humaine.
  6. L’énergie nucléaire est une technologie à faible émission de CO2 et peut contribuer à la lutte contre le changement climatique.

A supposer qu’il s’agisse bien de consensus scientifiques (j’y reviens ci-dessous), il y a ici indéniablement un choix qui est fait dans cette présentation. Certains faits bien établis ont été « laissés en rayon », comme par exemple : les pesticides posent un très grave problème pour la biodiversité et de manière générale l’écosystème dont nous dépendons ; le nucléaire pose de sérieux problèmes de dissémination, accidents, déchets radioactifs. Ces remarques sont-elles « hors sujet », comme j’ai pu le lire dans les réactions du collectif ? Non, si l’on revient à la motivation même de la tribune, à savoir ne pas choisir uniquement ce qui nous convient. Bien sûr, il fallait bien faire un choix, ne serait-ce que pour la lisibilité. C’est là que j’en viens au biais philosophique. Ce choix parmi les faits établis est-il aléatoire ? Ce qui saute aux yeux, et qui n’a pas manqué d’être remarqué par les détracteurs de cette tribune, c’est que ces faits (sauf éventuellement le point (5)) vont globalement dans le sens de la glorification du progrès technique. Si l’on avait choisi à la place : les pesticides menacent les écosystèmes naturels ; les OGMs introduisent une relation de dépendance entre les agriculteurs et les multinationales ; les technologies nucléaires actuelles produisent des accidents catastrophiques ; nul doute que le message de la tribune aurait été modifié. Il y a donc une position philosophique qui se dégage nettement dans ce choix, à savoir une confiance a priori dans le progrès technique, que l’on retrouve par exemple chez des intellectuels comme Steven Pinker – dont le moins que l’on puisse dire est qu’il ne fait pas consensus.

Je vais maintenant commenter plus en détails ces points. Sur ces 6 points, j’estime que 3 points peuvent être légitimement qualifiés de consensus scientifiques (1, 2 et 5), mais que les 3 autres prétentions de consensus sont au mieux fallacieuses, au pire fausses.

L’homéopathie

Je commence par la question qui me semble la plus simple, à savoir l’efficacité de l’homéopathie (point 2), pour la contraster avec les autres. Contrairement aux autres points, il s’agit d’un problème scientifiquement assez simple, et qui à mon sens a été mal présenté. On entend souvent « l’effet de l’homéopathie est placebo ». C’est une formulation qui porte à confusion (il faut reconnaitre que la littérature scientifique est elle-même un peu confuse sur ce point). Tester l’efficacité propre de l’homéopathie est relativement simple. Lors de la consultation, on substitue aux granules homéopathiques des granules de sucre d’aspect identique. Cette substitution est faite de manière aléatoire dans la moitié des patients, à leur insu mais également à l’insu de l’homéopathe (ce qu’on appelle « en double aveugle »). Lorsque l’on suit leurs symptômes, on constate qu’il n’y a pas de différence entre les deux groupes. Le traitement homéopathique n’a donc pas d’effet propre. Pire que cela, ce serait un effet toxique. Comme le traitement de substitution s’appelle techniquement un « placebo » (terme un peu abusif), on rapporte que l’homéopathie n’est pas mieux qu’un placebo. Mais dans l’expérience que je viens de décrire, à aucun moment on a montré que l’homéopathie (ou la granule de sucre) a un « effet placebo » (au sens où la croyance en l’efficacité a un effet thérapeutique), ou un quelconque effet. On a simplement montré que l’efficacité ne pourrait pas être pire sans être toxique. Ce malentendu, me semble-t-il, est à l’origine de nombreuses réactions sur le mode : même s’il n’y a pas de substance active, pourquoi ne pas inciter les gens qui y croient à prendre de l’homéopathie, puisque l’effet placebo ça marche ?

Etant donnée la croyance répandue et fausse que l’homéopathie est efficace, il semblerait utile en effet comme le demande la tribune de mieux communiquer l’information scientifique. Cependant, il ne me semble pas en l’occurrence que les médias aient prétendu le contraire de ce que la tribune répète, à savoir qu’il n’y a « aucune preuve de l’efficacité propre ». Le problème, donc, ne semble pas tant être dans la communication de la parole scientifique, mais dans le crédit que les gens lui accordent (y compris les hommes politiques, visiblement), ce qui n’est pas exactement le même débat. La formulation employée dans la tribune ne clarifie pas tellement le sujet. Ce n’est pas exactement qu’il n’y a « aucune preuve ». Plutôt, l’efficacité a été testée de multiples fois, par des méthodes qui auraient dû révéler un effet de l’homéopathie s’il existait, ce qui n’a pas été le cas. Cela signifie que s’il existe un effet de l’homéopathie, il doit être extrêmement faible. Mettre cela sur le même plan que, par exemple, le glyphosate (voir ci-dessous), n’aide pas à clarifier la situation.

Je passe rapidement sur les vaccins, cas légèrement plus complexe mais du même ordre. Je note simplement qu’encore une fois, il n’est pas évident que le diagnostic porté par la tribune soit le bon, à savoir que le problème est que le consensus scientifique n’est pas présenté comme tel par les médias. Il me semble au contraire que les anti-vaccins sont tout à fait au courant qu’il y a un consensus, simplement ils pensent que les résultats des études sont contaminés par des conflits intérêts. S’il s’agit bien de cela, alors réaffirmer l’autorité de l’expert n’est pas la solution, c’est peut-être même contre-productif. Il s’agirait plutôt par exemple d’expliquer et/ou de renforcer l’indépendance des scientifiques menant ces études.

Le nucléaire

J’en viens maintenant aux points plus problématiques. Je commence par le nucléaire, qui est le plus simple à expliquer. La tribune rappelle justement que le nucléaire produit peu de CO2. C’est en effet un consensus scientifique. Pourquoi choisir de mettre en avant celui-ci ? Sans doute la tribune fait-elle implicitement référence aux sondages montrant qu’une partie importante de la population croit le contraire, ce qui est en effet inquiétant. Mais est-ce le fait des médias ? A ma connaissance, ce n’est pas le cas. Le Point rapporte un sondage récent en ces termes : « Selon un sondage BVA, une large majorité de Français pense que le nucléaire contribue à l'émission de gaz à effet de serre. Sa part est pourtant minime ». Au passage, le journal a déformé les résultats du sondage, comme expliqué ici. En lisant ce sondage, on apprend (p6) que les deux principaux reproches faits au nucléaire sont, non la production de CO2, mais la production de déchets et le risque d’accident. Ces deux autres faits consensuels ne sont cependant pas repris par le journal. Pourquoi alors se plaindre spécifiquement que les médias omettraient d’insister sur la faible empreinte carbone du nucléaire ?

J’en viens à la deuxième partie du point (6), le nucléaire « peut contribuer à la lutte contre le changement climatique ». On n’est plus ici du tout dans le consensus scientifique, mais dans le choix politique, qui doit faire intervenir toute la complexité du sujet, qui a été justement « laissée en rayon ». Si l’on considère que le risque d’accident nucléaire, ou de dissémination, est inacceptable, alors non le nucléaire ne peut pas contribuer à la lutte contre le changement climatique. Oui mais est-ce que le nucléaire « peut », en tant qu’option envisageable à pondérer avec ses risques, contribuer à cette lutte ? Il ne me semble pas que ce soit une question évidente non plus, pour lequel il y aurait un consensus scientifique. L’uranium est une ressource non renouvelable. Les estimations optimistes  (agence internationale de l’énergie atomique) considèrent que les réserves couvrent 100 ans de consommation actuelle. Une estimation plus récente (voir le preprint ici), moins optimiste, considère que les réserves ne peuvent pas en réalité être exploitées en totalité et que des problèmes d’approvisionnement commenceront à se poser dès 10 à 20 ans. Je ne suis pas en mesure d’arbitrer entre ces estimations (qui ne me semblent d’ailleurs pas forcément contradictoires), mais on peut simplement faire remarquer que si l’enjeu est de remplacer les énergies fossiles, par exemple en basculant l’automobile sur le réseau électrique, alors il n’est pas du tout évident que le nucléaire puisse y faire face. Les 10 à 100 ans de réserves d’uranium correspondent à la consommation actuelle, qui représente environ 5% de l’énergie consommée, et donc il n’est pas évident que cette part puisse réellement devenir plus significative. Il y a d’autres technologies nucléaires qui pourraient permettre de résoudre ce problème d’approvisionnement, mais pour cela il faudrait les mettre au point et les implémenter, ce qui prend du temps. Il faut aussi, pour être juste, comparer le nucléaire aux alternatives, comme par exemple le photovoltaïque, qui pose aussi un problème de ressources rares. Le nucléaire peut-il contribuer à la lutte contre le changement climatique ? Franchement, je ne sais pas : c’est un sujet complexe et à ma connaissance il n’y a pas de consensus. Affirmer que c’est un consensus scientifique est donc au mieux fallacieux (le consensus c’est qu’on peut y réfléchir, ce qui ne veut rien dire), au pire faux.

Le glyphosate

 La tribune propose également deux « consensus scientifiques » sur des sujets complexes et multifactoriels, que sont les pesticides et les OGMs. Je ne suis expert ni du glyphosate, ni des OGMs, mais cela ne semble pas non plus être le cas de la quasi-totalité des signataires. Personnellement, j’aurais un peu plus d’humilité sur ces sujets. Je fais donc quelques remarques en tant que scientifique non expert mais néanmoins capable de saisir quelques subtilités méthodologiques.

Concernant le glyphosate, la formulation de la tribune est extrêmement fallacieuse : « Aux expositions professionnelles et alimentaires courantes », le glyphosate ne présente probablement pas de risque cancérigène pour l’homme. Par cette formulation, on pourrait croire qu’on parle ici d’études épidémiologiques sur des expositions réelles. Or ce n’est pas le cas, l’une des raisons étant que c’est méthodologiquement difficile, étant donné que tout le monde est exposé à des pesticides divers sans en connaître la quantité ni la formulation. Ce à quoi fait référence la tribune, ce sont des tests en laboratoire de toxicité de la molécule glyphosate, et non des formulations effectivement commercialisées, aux doses correspondant aux doses présumées dans des « expositions professionnelles et alimentaires courantes ». Cette nuance est bien rapportée dans le document de l’autorité européenne de sécurité des aliments cité par la tribune, dans une section justement intitulée « Pourquoi certains scientifiques disent-ils que le glyphosate est cancérogène? ». Peut-on, au vu de ce titre, parler de consensus scientifique ? On y apprend notamment que « certaines formulations contenant notamment du glyphosate présentent une toxicité plus élevée que celle présentée par l'ingrédient actif, probablement en raison de la présence de coformulants » - soulignons que cela ne veut pas dire nécessairement que c’est le coformulant qui est toxique (interprétation réductionniste), mais possiblement qu’il amplifie ou agit en combinaison avec la substance active. Or si l’on s’intéresse effectivement aux « expositions professionnelles et alimentaires courantes » comme le fait la tribune, c’est bien aux formulations commerciales qu’il faut s’intéresser. Le rapport récent de l’agence française ANSES conclut de même : « le niveau de preuve de la génotoxicité du glyphosate chez l’animal peut être considéré comme relativement limité, en revanche des éléments complémentaires devront être fournis en ce qui concerne les préparations contenant du glyphosate », et elle propose que « la classification en catégorie 2 [Substances suspectées d'être cancérogènes pour l'homme] peut se discuter ». Ce n’est certainement pas ce que laisse penser la tribune, par l’usage du mot « improbable ».

Il est intéressant de contraster ce point et celui sur l’homéopathie. Dans ce dernier cas, il n’y a aucune preuve de l’efficacité de l’homéopathie. Concernant le glyphosate, on n’a pas les éléments pour conclure de manière claire à sa toxicité. Mais on parle ici de deux affirmations tout à fait différentes. Dans le cas de l’homéopathie, on a effectué les tests nécessaires, ceux-ci auraient dû démontrer l’effet de l’homéopathie s’il existait, or aucun effet n’a été mesuré. Dans le cas des pesticides, on est face à une question qui est méthodologiquement beaucoup plus difficile. Ce n’est pas que l’effet des pesticides est tellement faible qu’il est indétectable. Comme le rappelle une expertise récente de l’INSERM, « Les experts rappellent que «ne pas être en mesure de conclure ne veut pas dire obligatoirement qu’il n’y a pas de risque». Ce n’est pas ce que j’appellerai un consensus scientifique sur l’absence de risque.

Sans doute, des résultats d’études en laboratoire du glyphosate (notamment sur des animaux, avec des doses non comparables) ont été mal relayées par les médias. Je suppose que c’est ce qui a motivé les auteurs de cette tribune. Mais que la preuve soit fausse n’implique pas que le théorème est faux. Sur la toxicité des pesticides tels qu’ils sont utilisés commercialement, il est abusif de prétendre qu’il y a un consensus scientifique net, et cela est admis par les instances règlementaires comme l’EFSA (« Pourquoi certains scientifiques disent-ils que le glyphosate est cancérogène ? »).

On aurait pu en revanche parler d’autres aspects plus consensuels comme le risque pour la biodiversité, mais cet aspect a été « laissé en rayon ».

Les OGMs

Je termine sur les OGMs. On apprend dans cette tribune qu’un OGM « ne présente pas en soi de risque pour la santé ». Voici une assertion assez étrange. Un OGM est un organisme dont on a modifié le génome, et qui donc n’existe pas à l’état naturel. Les conséquences de cette modification sont donc peut-être anodines, ou peut-être pas. Il n’est pas évident a priori d’anticiper les conséquences pour l’organisme, sa descendance éventuelle et davantage encore pour l’écosystème. Qu’est-ce que les auteurs ont-ils bien voulu dire par « ne présente pas en soi de risque » ? La position par défaut devrait au contraire être la méfiance, et non pas : a priori pas de problème.

Peut-être – je spécule – les auteurs pensaient-ils : il y a bien des mutations naturelles du génome chez les animaux, d’élevage par exemple, que l’on sélectionne, et pourtant on ne s’inquiète pas des dangers potentiels de ces mutations. Changer le génome artificiellement ou spontanément, c’est pareil. Non, ce n’est pas pareil. Les mutations naturelles sont généralement (je simplifie) introduites graduellement, progressivement sélectionnées, n’affectent pas tous les gènes de manière égale et indépendante. Insérer le gène d’une méduse fluorescente dans un lapin, ça ne se produit pas spontanément. Cela ne veut pas dire pour autant que le lapin sera toxique, mais enfin on ne peut pas dire que ce soit comparable à sélectionner les vaches qui donnent le plus de lait.

On aurait pu dire, sans doute, qu’à l’heure actuelle on n’a pas détecté d’effet toxique des OGMs alimentaires mis sur le marché. Mais l’idée qu’un OGM « ne présente pas en soi de risque pour la santé » n’est pas un consensus scientifique dans la mesure où cette phrase ne veut rien dire. Encore une fois, il y a un choix éditorial qui a été fait ici, d’un « consensus scientifique » qui n’en est pas un, et ce choix n’est pas neutre. On aurait aussi bien pu dire : un OGM n’est pas en soi inoffensif, ce qui aurait donné une toute autre coloration à la tribune. Ici, le choix va clairement dans le sens de « il faut faire confiance au progrès technique ».

Le grand public n’est pas confronté à des OGMs « en soi » (qu’est-ce que c’est ?), mais à des OGMs produits dans un certain contexte socio-économique, à savoir par des multinationales, ce qui contribue (non sans raison) à la méfiance. On ne peut pas balayer d’un revers de main la question du conflit d’intérêt lorsque les tests de toxicité sont effectués ou financés par les principaux intéressés. Par ailleurs, dès lors que l’on prend en compte le contexte socioéconomique et politique dans lequel les innovations techniques se déploient, on doit nécessairement envisager ces innovations au-delà de leur aspect purement technique. Les OGMs posent par exemple le problème de la brevetabilité du vivant.

La tribune reconnait presque ce point : « la science n’a pas réponse à tout ». Malheureusement, il semble que ce que les auteurs voulaient dire, c’est : « la science n’a pas encore réponse à tout », puisqu’ils argument ainsi : « Il existe des questions qui n’ont pas conduit à un consensus clair, voire qui restent sans réponse. ». Surtout, il existe des questions qui ne sont tout simplement pas de nature scientifique – ou alors scientifiques au sens très large, incluant l’ensemble des sciences sociales, et encore, il faudrait inclure la philosophie.

Quelques remarques finales

Comme je l’ai écrit dans l’introduction, je pense que les auteurs de cette tribune sont sincères (même si elle ne va pas manquer d’être récupérée). Je comprends leur exaspération et leur inquiétude vis-à-vis du traitement de l’information scientifique par les médias (j’y reviens ci-dessous). Néanmoins, ils commettent à mon sens dans cette tribune certaines erreurs fondamentales, qui semblent relever d’un biais philosophique en faveur des vertus du « progrès » (comme en son temps Claude Allègre, qui considérait toute critique du progrès technique comme obscurantiste). La première erreur, que j’ai essayé de commenter en détails, est que certaines questions très complexes et multifactorielles sont présentées abusivement comme consensuelles, à savoir les OGMs, le nucléaire et les pesticides. Je ne suis personnellement pas opposé à ces trois choses par principe, néanmoins il me semble qu’elles posent de sérieux problèmes qui doivent être débattus démocratiquement, et non par simple arbitrage technique. On me répondra peut-être que pour cela, il est nécessaire de disposer d’une information scientifique fiable. Absolument, et c’est pourquoi sélectionner dans cette information uniquement les bienfaits ou absences de risque et les présenter abusivement comme des consensus scientifiques ne fait qu’introduire de la confusion.

Cela jette malheureusement le doute sur les autres points (homéopathie, vaccins, climat) qui sont présentés sur le même plan. J’en viens donc à la seconde erreur, erreur stratégique ou peut-être erreur de diagnostic. Posons-nous la question : pourquoi les gens croient-ils des choses fausses ? Est-ce parce que les médias relaient ces choses fausses ? Il se trouve que beaucoup de gens (en gros, la moitié) ne font pas confiance aux média. Dans ce contexte, donner aux médias la responsabilité d’apporter la bonne parole (car il est en effet question dans cette tribune d’autorité scientifique plus que de méthode scientifique) semble discutable. On apprend notamment que la majorité des gens pensent que les journalistes ne sont pas indépendants. Cela semble en effet assez factuel : la quasi-totalité des médias appartiennent à de très grands groupes ou à de puissants hommes d’affaires, et sont financés par la publicité. La confiance en la parole politique est au plus bas. Cette méfiance n’est pas illégitime non plus. Il y a donc un contexte de méfiance généralisée de la parole institutionnelle. Dans ce contexte, il n’est pas clair que relayer plus explicitement la parole officielle scientifique va porter les fruits espérés.

Pourquoi les gens croient-ils dans des théories conspirationnistes, voire des « fake news » ? Les réponses habituellement avancées sont généralement sur le mode de la condescendance (les gens sont mal éduqués), sur fond de réseaux sociaux. Il y a pourtant une possibilité évidente qu’il faudrait prendre au sérieux : parce que les conspirations, ça existe et tout le monde le sait. Oui, une grande entreprise d’automobile peut délibérément truquer les tests règlementaires pour pouvoir écouler ses voitures polluantes. Oui, une grande entreprise agroalimentaire peut ficher des journalistes et hommes politiques considérés comme néfastes à ses intérêts. La méfiance n’est pas illégitime.

Il est certain que présenter comme consensus scientifiques des choses qui pour moitié ne le sont pas ne va pas aider à rétablir la confiance. D’ailleurs, faut-il rétablir la confiance ou plutôt créer les conditions de la confiance ? Pour ce qui est des scientifiques, le statut de fonctionnaire contribue à garantir l’indépendance par rapport au pouvoir, et il est inquiétant que celui-ci soit remis en cause ; de même l’intensification de la mise en compétition des chercheurs sur des appels d’offre est inquiétante. Pour ce qui est des journalistes, premièrement il faudrait qu’il y en ait. Le journalisme traverse une crise existentielle, et dans ces conditions il semble illusoire de demander aux journalistes (lesquels ?) de mieux faire leur travail. Dans la plupart des médias, le traitement de la science consiste à rapporter des communiqués de presse d’universités ou d’organismes de recherche (quand ce n’est pas simplement relayer d’autres médias sans vérifier), or ceux-ci portent sur des études ponctuelles et non un savoir consolidé (précisément ce qui manque à cette tribune). Ces communiqués, de plus en plus, font dans le sensationnalisme sous la pression politique, qui tend à transformer les universités en marques. Pour améliorer cela du côté des médias, il faudrait un réel travail de journalisme, ce qui suppose des journalistes, notamment scientifiques, pas si évident dans le contexte actuel (quelques médias, rares, le font). Deuxièmement il faudrait idéalement renforcer l’indépendance des journalistes, ce qui n’est pas évident non plus dans le modèle économique actuel. Le problème de l’information scientifique du grand public est un problème lui aussi complexe qui ne peut s’envisager en faisant abstraction du système économique et politique dans lequel la production et la diffusion des connaissances s’inscrivent. C'est, plus largement, un problème de démocratie. C’est peut-être à cela qu’il faut réfléchir.

Une petite mise au point concernant le rôle de l’éducation dans les facultés cognitives

Quelle est la part de l’inné et de l’acquis dans l’intelligence, ou plus généralement dans les facultés cognitives ? C’est une question très controversée, en particulier parce qu’elle a une grande portée politique : l’éducation est-elle importante, ou bien tout est-il prédéterminé par nos gènes ? Il est évident que dans le second cas, investir dans l’éducation semble vain ; il devrait plutôt s’agir de faire de la sélection et de l’orientation que de l’éducation.

Il existe une littérature scientifique abondante sur ce sujet, malheureusement ses résultats sont souvent mal interprétés et déformés par des idéologues. Prenons l’exemple d’une récente tribune de l’essayiste Laurent Alexandre dans l’Express :

« 64% de nos différences de capacité de lecture sont génétiques ; l’école et la famille n’ont malheureusement qu’un rôle marginal face à nos chromosomes ».

Je vais supposer que la première assertion est correcte et bien établie scientifiquement. La conclusion est non seulement fausse, mais absurde. Revenons quelques siècles en arrière. Génétiquement, la population était sensiblement la même qu’aujourd’hui. Mais peu de gens apprenaient à lire, donc peu de gens savaient lire. Par conséquent, oui, l’éducation et la famille ont un rôle déterminant dans les capacités de lecture. Par ailleurs, si l’on avait fait la même étude sur la population de l’époque, on aurait trouvé non pas 64% mais une proportion bien plus faible de déterminisme génétique, puisque les capacités de lecture étaient en premier lieu déterminées par la possibilité d’apprendre à lire. Inversement, si l’éducation était la même pour toute, par exemple si on avait institué une école publique pour tous avec des programmes nationaux strictement appliqués de manière uniforme, eh bien on trouverait que très peu de différences de quoi que ce soit sont expliquées par l’éducation, puisque ce ne serait pas un facteur variable.

Une assertion du type « 64% des différences de capacité de lecture sont génétiques » est une mesure contextuelle, qui reflète en grande partie la variabilité de chacun des facteurs. En aucun cas elle n’indique un rôle causal faible pour l’éducation ou l’environnement familial. Elle peut tout aussi bien indiquer une certaine homogénéité de l’éducation reçue. Tout ce qu’elle indique, tout ce qu’indique cette littérature en général, c’est que les facultés cognitives sont influencées par des facteurs à la fois génétiques et environnementaux.

Etant donné que l’on ne sait pas lire spontanément mais uniquement après l’avoir appris, il faut une certaine dose d’aveuglement idéologique pour prétendre que l’école y joue un « rôle marginal ». Certes, il faut aussi avoir un cerveau pour pouvoir lire, d’où les facteurs génétiques. Par exemple, un ver de terre ne sait pas lire. Rien n’indique cependant que ces « 64% » de variation d’origine génétique concernent le cerveau. Il faut aussi des yeux pour pouvoir lire, par exemple. Des difficultés de lecture liés à un problème ophtalmologique d’origine génétique seront comptées dans ce total. De même, si (expérience de pensée) l’éducation des enfants étaient biaisée en fonction de facteurs physiques d’origine génétique, alors ce biais apparaîtrait également comme facteur génétique. Ce n’est sans doute pas ce que l’on veut dire par « facteur génétique des capacités de lecture », mais c’est quand même ce qui est mesuré.

La question qui a un intérêt politique, ce n’est pas : quelle part de la variabilité des capacités de lecture dans un contexte éducatif et socioculturel donné peut être expliqué par des variations génétiques (neurogénétiques ou non, purement biologiques ou conditionnés à des facteurs socioculturels) mais plutôt : dans quelle mesure améliorer l’éducation peut-il améliorer les capacités de lecture ? Pour répondre, on peut faire appel à l’histoire plutôt qu’à la génétique, et la conclusion est sans appel : historiquement, plus de gens ont su lire lorsqu’on leur a enseigné la lecture.

En résumé, oui l’éducation a un rôle majeur dans les capacités cognitives comme la lecture, et la science ne dit pas le contraire. Evidemment.